Ecoutez Radio Sputnik
    Les Présidents Jair Bolsonaro et Donald Trump

    «Le Président Bolsonaro ne s'aligne pas sur le gouvernement américain, mais sur le Président Trump»

    © AP Photo / Manuel Balce Ceneta
    International
    URL courte
    263
    S'abonner

    Préoccupés par la politique de l’actuel gouvernement brésilien, plusieurs membres du Congrès américain ont exigé que les autorités américaines fassent preuve de plus de prudence et de vigilance dans leurs relations avec Brasilia, tandis que l’expert brésilien Pedro Costa Junior constate que le Brésil s'aligne «sur le Président Trump».

    Plusieurs députés du Parti démocrate, majoritaires à la Chambre des représentants du Congrès américain, ont fait paraître une résolution critiquant le Président brésilien Jair Bolsonaro et exprimant leur inquiétude face aux «menaces pesant sur les droits de l’Homme, l’État de droit, la démocratie et la protection de l’environnement au Brésil».

    Cette initiative, dont les auteurs sont Raul Grijalva, Ro Khanna et Deb Haaland, a également été signée par 12 autres membres du Congrès et publiée le 27 septembre, un dizaine de minutes avant le discours du Président brésilien à l’Assemblée générale des Nations unies.

    L’erreur du gouvernement de Bolsonaro

    Dans une interview accordée à Sputnik, Pedro Costa Junior, expert brésilien de la politique étrangère américaine, a déclaré que cette action symbolique était un signal inquiétant pour le Brésil.

    «Elle signifie que notre politique étrangère ne plaît pas à toutes les forces politiques, à commencer par le dossier des droits de l’Homme et jusqu’aux problèmes environnementaux, ce qui se répercute directement sur la collaboration avec l’un de nos principaux partenaires politiques, économiques et stratégiques sur la scène internationale, les États-Unis», a-t-il indiqué.

    Pour Pedro Costa Junior, l’erreur du gouvernement de Bolsonaro est de vouloir s’aligner sur Donald Trump et non sur les États-Unis.

    «Les relations, même quand elles deviennent personnelles, sont toujours des relations entre États qui doivent être envisagées dans une perspective à moyen et long terme en tenant compte des intérêts nationaux et des intérêts de l’État», a-t-il souligné.

    Le Brésil et l’Otan

    Il a également attiré l'attention sur le fait que le document remettait en question le soutien par Donald Trump du Brésil en tant qu’allié principal de Washington en dehors de l’Otan.

    «Ce document relève entre autres la nécessité de revoir le soutien au Brésil en tant que candidat à l'Otan. À partir du moment où nous dirigeons de plus en plus notre politique étrangère non vers la diversité, la multipolarité ou le soutien de différents partenaires internationaux, nous nous isolons toujours plus et nous soutenons la politique étrangère de l’administration Trump», a-t-il poursuivi.

    Toujours selon Pedro Costa Junior, le problème pourrait se poser dès 2020, lorsque les États-Unis vivront de nouvelles élections.

    «Le Président Bolsonaro ne s'aligne pas sur le gouvernement américain, mais sur le Président Trump, a-t-il constaté. Or, l'année prochaine, il y aura des élections aux États-Unis et il se peut que le Président Trump ne soit pas réélu. Que ferons-nous alors?»

    Le 19 mars dernier, Donald Trump s'est montré favorable, lors d’une rencontre avec Jair Bolsonaro, à ce que le Brésil rejoigne l'Organisation du traité de l'Atlantique nord. Il a notamment estimé possible d'accorder au Brésil le statut d'allié majeur non-membre de l'Otan, voire «le statut d'allié de l'Otan», puisque les relations entre les deux pays «n'ont jamais été aussi proches qu'elles le sont maintenant».

    La France a rappelé dans ce contexte que le traité fondateur de l'Alliance atlantique n'autorisait que les nouveaux membres venant d'Europe.

    Tags:
    protection de l'environnement, démocratie, Assemblée générale des Nations unies, droits de l’homme, Europe, France, partenaire, politique étrangère, élection présidentielle, gouvernement, Brésil, États-Unis, Parti démocrate des Etats-Unis, OTAN, Donald Trump, Jair Bolsonaro
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik