Ecoutez Radio Sputnik
    Une manifestation antigouvernementale en Irak

    Irak: «les manifestations unissent le peuple au-delà des différences sectaires»

    © AP Photo/ Hadi Mizban
    International
    URL courte
    3132
    S'abonner

    Au cours des manifestations qui sévissent en Irak, des affrontements violents entre protestataires réclamant des emplois pour les jeunes et le départ des dirigeants «corrompus», d’une part, et forces de sécurité, de l’autre, ont fait plus de 30 morts à Bagdad et dans le sud du pays. Un militant irakien s’est exprimé au micro de Sputnik.

    Depuis mardi, une importante vague de contestation déferle sur l’Irak, ayant déjà fait plus de 30 morts dans la capitale et le sud du pays. La population en colère revendique de meilleures conditions de vie, des opportunités d'emploi et des services publics, dont la faiblesse persiste malgré la défaite de Daech* dans le pays il y a près de deux ans.

    Les Irakiens en colère

    Ces manifestations étaient inévitables, estime dans un entretien accordé à Sputnik Karim Wasfi, président et fondateur de la Fondation Peace Through Arts Global, et ancien chef de l'Orchestre symphonique national irakien, qui a commenté la contestation actuelle en Irak et réfléchi au rôle que les arts et la culture pouvaient jouer dans la lutte contre la corruption.

    À la recherche d’un héros

    «Je commencerais par dire que les manifestations étaient inévitables. La population cherchait depuis quelque temps un personnage public, un héros, un modèle. […] Il se peut que des personnes essaient tout simplement de se venger», avance M.Wasfi.

    Et d’expliquer que cinq ou six gouvernements différents ont lancé des initiatives après les premières élections en Irak, alors que son système politique avait changé après l’invasion par un autre pays.

    «Il y a à présent beaucoup de paradoxes et beaucoup de problèmes qui amènent les gens à penser différemment et à agir différemment », a poursuivi l’expert.

    Dans un communiqué, le bureau du Premier ministre irakien Adel Abdul Mahdi annonce mercredi 2 octobre que le chef du gouvernement est prêt à rencontrer «des représentants des manifestants pacifiques pour examiner leurs revendications légitimes», rapporte la chaîne Al Jazeera.

    Les manifestations, qui ne semblent être affiliées à aucun parti politique, seraient en partie motivées par le retrait inexpliqué du lieutenant-général Abdul-Wahab al-Saadi, haut responsable militaire des forces d'élite antiterroristes irakiennes. Al-Saadi, qui a dirigé la lutte contre Daech* qui avait sévi en Irak de janvier 2014 à décembre 2017, a été muté au ministère de la Défense, ce qui a provoqué une colère généralisée parmi les Irakiens qui considèrent ce commandant militaire comme une figure emblématique.

    «Je pense toutefois qu’aujourd’hui le problème est différent», relève M.Wasfi, comparant les manifestations en cours aux contestations précédentes.

    Selon lui, l’Irak est un pays imprévisible où l’on doit s’attendre à tout.

    «Mais cette fois, il s’agit d’un acte qui a mis en péril tout un système de pensée et une approche globale des problèmes. Ils [les manifestants, ndlr] ne se sont donc pas seulement opposés à la mutation d’al-Saadi. Les gens sont en colère, en projetant sans doute cet acte à la perspective globale de la situation politique dans le pays», explique le militant.

    Et de rappeler qu’on discutait depuis longtemps et à différents niveaux de la possibilité d’un système présidentiel qui convienne mieux à l’Irak.

    «L’Irak est connu depuis longtemps pour ses coups d’État, et dans l’inconscient qui dirige probablement 80% des discussions, les gens seraient prêts à accepter un coup d'État », n’exclut pas M.Wasfi.

    Mercredi soir, le Premier ministre Mahdi a annoncé un couvre-feu dans la capitale Bagdad, sur fond de manifestations grandissantes.

    Manque de compréhension du véritable problème

    «Les gens sont en colère. Ils ont été confrontés à une violence extrême, à des balles mortelles et à des gaz neurotoxiques sans une seule déclaration du Premier ministre pour résoudre les problèmes. Au lieu de cela, il y a eu une lettre du conseil de sécurité irakien déclarant le couvre-feu et une lettre antérieure mentionnant certains anarchies et actes de colère dans les rues de Bagdad, ce qui a suscité encore plus de colère face à un tel manque de compréhension du véritable problème. Le vrai problème ne se limite évidemment pas à la mutation d'al-Saadi», souligne l’Irakien, qui constate que «ces manifestations unissent le peuple irakien au-delà des différences sectaires».

    Il insiste également sur le rôle de la culture et des arts dans l’instauration de l'équilibre et de la stabilisation au sein de la société.

    «Je suis très surpris de n'avoir vu aucun artiste dans les rues de Bagdad. Encore une fois, c’est un code très simple. Les gens soutiennent les personnalités publiques. Ils recherchent des héros, ils recherchent des personnes en qui ils pourraient avoir confiance, ils recherchent des modèles. Un artiste incarner cela», résume-t-il.

    L’organisation de Karim Wasfi, la Fondation mondiale Peace Through Arts, vise à promouvoir la déradicalisation et à prévenir la violence par la musique et les arts, selon la page Facebook de l’initiative. Il vise également à «combler les écarts culturels entre les arts en mélangeant et en engageant diverses cultures dans la région par le biais de représentations orchestrales».

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    Bagdad, corruption, manifestation, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik