International
URL courte
5018
S'abonner

Samuel Little affirme avoir commis 93 meurtres, dont 50 ont pu être vérifiés par la police fédérale. Il purge une peine de prison à vie depuis 2014.

Le FBI a lancé un appel visant à identifier les victimes de Samuel Little, 79 ans, qui a avoué avoir commis 93 meurtres. Le Bureau considère ces aveux crédibles et 50 d’entre eux ont déjà pu être vérifiés.

Le tueur en série affirme avoir étranglé ses 93 victimes entre 1970 et 2005. Dans de nombreux cas, les enquêteurs avaient conclu à une mort accidentelle, par overdose ou encore à une absence de cause déterminée, a indiqué la police fédérale. Certains corps n’ont jamais été retrouvés.

Le FBI a lancé un appel à toutes les personnes qui auraient la moindre information liée à ces meurtres et a diffusé une série de vidéos où Samuel Little se confie sur ses victimes, ainsi que des portraits dessinés par le meurtrier.

«Pendant des années, Samuel Little a cru pouvoir s’en tirer car il pensait que personne ne se souciait de ses victimes», a précisé Christie Palazzolo, analyste criminelle du FBI. «Même s’il se trouve déjà en prison, le FBI estime qu’il est important de rendre justice à chaque victime et de clore toutes les affaires possibles».

«De nombreuses personnes ont probablement été accusées à ma place, si je peux aider quiconque à sortir de prison, alors Dieu pourrait me sourire un peu plus», a confessé Samuel Little au réseau de télévision américain CBS. «Je pense être le seul au monde à avoir fait ça et ce n’est pas un honneur, mais une malédiction», a-t-il poursuivi.

L’homme a été condamné à perpétuité en 2014, après avoir été reconnu coupable de trois meurtres commis entre 1987 et 1989.

Lire aussi:

Après le Covid, le chaos social? Le FMI s'inquiète pour la France
Nouveau rebondissement dans l'affaire Elisa Pilarski tuée par des chiens
Sanofi a commis une «erreur de débutant» en fabriquant son vaccin: une virologue étrille le géant français
Gorbatchev reçoit un message de Biden
Tags:
Los Angeles, meurtre, FBI, États-Unis, tueur en série
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook