International
URL courte
605974
S'abonner

Le Président américain a affirmé qu'il n'hésiterait pas à «détruire» l’économie turque si Ankara en venait à «dépasser les bornes» après le retrait des forces armées américaines du nord-est de la Syrie.

Donald Trump a promis de «détruire complètement» l’économie turque si Ankara venait à «dépasser les bornes» après le retrait des forces américaines présentes dans le nord-est de la Syrie.

«Si la Turquie fait quoi que ce soit que je considère, dans ma grande et incomparable sagesse, dépasser les bornes, je détruirai et anéantirai totalement l'économie de la Turquie», a indiqué l'actuel occupant de la Maison Blanche dans un tweet.

Ce retrait a été annoncé par la Maison-Blanche dimanche 6 octobre.

Trump donne le feu vert à l'opération turque

Entretemps, la Maison-Blanche a fait savoir, à l'issue d'une conversation téléphonique entre Donald Trump et Recep Tayyip Erdogan, que le Président avait validé l’intervention turque dans le nord de la Syrie.

Elle a toutefois ajouté que les forces armées états-uniennes n'y prendraient pas part, tandis que le Pentagone a mis en garde Ankara contre les «conséquences déstabilisatrices» d’une telle opération.

«Les forces armées américaines ne soutiendront pas ou ne s'impliqueront pas dans une telle opération», a souligné le Pentagone dans un communiqué cité par l’AFP.

Le Président turc a déclaré samedi 5 octobre qu’Ankara pourrait prochainement décider de lancer une nouvelle opération militaire dans les airs et sur terre sur la rive est de l'Euphrate. Cette intervention aura notamment pour but d'éviter que le territoire syrien voisin de la Turquie ne reste aux mains des Unités de protection du peuple, de mettre en place une zone tampon et d’installer des réfugiés syriens qui se trouvent en Turquie.

Lire aussi:

L’homme et la femme les plus riches du monde sont Français, selon Forbes
Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Le FMI a dépisté des signes de l’approche d’une nouvelle Grande dépression
Tags:
réfugiés syriens, zone tampon, Euphrate, Maison blanche, États-Unis, Turquie, économie, opération militaire, Recep Tayyip Erdogan, Donald Trump, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik