Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme portant un drapeau israélien à côté d'un véhicule de police près de la synagogue de Halle

    Après l’attentat de Halle, le ministre de l’Intérieur appelle à «faire face à la vérité»

    © REUTERS / FABRIZIO BENSCH
    International
    URL courte
    9413
    S'abonner

    Suite à l’attaque près d’une synagogue de la ville de Halle qui a fait deux morts mercredi 9 octobre, le ministre de l’Intérieur allemand, Horst Seehofer, a constaté que l’antisémitisme et l’extrémisme représentaient une menace réelle pour la société allemande.

    S’exprimant lors d’une conférence de presse à Halle, frappée la veille par un attentat près d’une synagogue, le ministre de l’Intérieur allemand, Horst Seehofer, a appelé à ne pas sous-estimer le niveau de menace terroriste dans le pays.

    «Malheureusement nous devons faire face à la vérité selon laquelle, depuis quelque temps déjà, la menace de l’antisémitisme, de l’extrémisme et du terrorisme d’extrême droite est très élevée», a-t-il déclaré.

    Attentat à Halle

    La fusillade, qui a fait deux morts, est survenue mercredi 9 octobre dans le quartier Paulus de Halle, le jour de la fête juive de Yom Kippour, événement majeur du calendrier hébraïque. 70 à 80 personnes se trouvaient à l’intérieur de la synagogue où l'assaillant a tenté de pénétrer, mais la porte d'entrée a résisté. Vers 14h, il a été annoncé qu'une personne en lien avec la fusillade avait été arrêtée. 

    Si, au début, les médias avaient évoqué deux assaillants, l'agence de presse allemande dpa, se référant à ses propres sources, a par la suite indiqué que l'attaque avait été menée par une seule personne.

    Pour sa part, le Spiegel a livré des informations sur l'identité du tireur: il s'agirait d'un Allemand de 27 ans, Stephan B., originaire de Saxe-Anhalt.

    La chancelière allemande, Angela Merkel, a qualifié cette attaque d’«attentat» et a promis «la tolérance zéro» face à «la haine» et à «la violence» dans le pays.

    Tags:
    Angela Merkel, attentat, Allemagne, Horst Seehofer
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik