Ecoutez Radio Sputnik
    Situation dans la zone frontalière

    La Défense qatarie soutient l’opération turque en Syrie

    © Sputnik . Sertaç Kayar
    International
    URL courte
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (121)
    82326
    S'abonner

    Alors que nombre de pays ont sommé la Turquie de mettre immédiatement fin à son opération dans le nord-est de la Syrie, la Défense qatarie lui a apporté son soutien.

    Le ministre qatari de la Défense, Khalid ben Mohammad al-Attiyah, a exprimé lors d’une conversation téléphonique avec son homologue turc, Hulusi Akar, son soutien à l’opération amorcée par Ankara dans le nord-est de la Syrie.

    «Le ministre Khalid al-Attiyah a exprimé son soutien à l’opération Source de paix et le ministre Akar a remercié son homologue pour ses vœux sincères», indique le ministère turc de la Défense dans un communiqué.

    Et de préciser que le ministre turc avait partagé avec son collègue les détails de l’opération et avait assuré qu’elle respectait l’intégrité territoriale syrienne et faisait son maximum pour éviter les victimes civiles.

    L’offensive Source de paix

    La Turquie a lancé mercredi 9 octobre une offensive d’abord aérienne, puis terrestre contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie, baptisée Source de paix. Selon le Président turc, l’opération doit permettre de «créer une zone de sécurité qui permettra le retour des réfugiés syriens» que la Turquie a accueillis sur son territoire.

    Toute une série de pays et d’organisations se sont montrés critiques à l’égard de l’offensive et ont appelé à la faire cesser. Aussi, le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a réagi le 10 octobre en s’adressant, entre autres, aux pays européens. Il les a notamment menacés d’ouvrir les frontières de son pays aux réfugiés, en vue de faciliter leur émigration vers le Vieux continent.

     

    Dossier:
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (121)
    Tags:
    Syrie, opération, Qatar, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik