Ecoutez Radio Sputnik
    Réfugiés syriens près de Homs (image d'illustration)

    L’UE «n'acceptera pas un chantage» d'Erdogan à propos des réfugiés syriens

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (99)
    192620
    S'abonner

    Le président du Conseil européen Donald Tusk a annoncé ce vendredi 11 octobre que l’UE n'acceptera pas le «chantage» du Président turc, qui a menacé d'envoyer en Europe des millions de migrants face aux critiques de l'offensive turque en Syrie.

    L’Union européen «n’acceptera jamais le chantage» de Recep Tayyip Erdogan qui avait prévenu que son pays ouvrirait les portes aux réfugiés syriens si l’UE qualifiait l’opération turque d’occupation.

    «Nous n'accepterons jamais que les réfugiés soient utilisés comme arme et pour nous faire chanter. C'est pour cela que je considère les menaces d'hier du Président Erdogan comme absolument hors de propos», a déclaré M.Tusk auquel se réfère l’AFP.

    Erdogan menace d’ouvrir les frontières

    Le 10 octobre, Recep Tayyip Erdogan a critiqué les pays de l’Union européenne qui avaient exigé l'arrêt de l’opération lancée par ses forces armées dans le nord de la Syrie et les a menacés d’ouvrir les portes aux réfugiés syriens.

    «Nous sommes sous la menace d’attaques terroristes et nous avons 3,5 millions de réfugiés syriens qui ne peuvent pas rentrer dans leur pays. Et ceux qui n’ont jamais vu le YPG/PKK (Unités de protection du peuple/Parti des travailleurs du Kurdistan) nous disent: mettez-vous à l’écart. L’UE, réveille-toi enfin. Au sein de l'UE, on n’a jamais été sincère. [...] S’ils disent que cette opération est une occupation de notre part, nous ouvrirons les portes aux réfugiés», a-t-il déclaré lors d'une intervention à Ankara.

    Lancement de Source de paix en Syrie

    Le 9 octobre, Ankara a lancé une offensive aérienne et terrestre contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie, baptisée Source de paix. Comme l’a expliqué le Président turc, l’opération doit permettre de «créer une zone de sécurité qui permettra le retour des réfugiés syriens» que la Turquie a accueillis sur son territoire.

    Les FDS contrôlent une grande partie du territoire qui était dominé auparavant par Daech* et retiennent des milliers de djihadistes et des dizaines de milliers de leurs proches qui sont en détention. Plusieurs pays et organisations internationales ont condamné l’opération turque. Ainsi, l’UE a exigé l'arrêt des opérations.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (99)
    Tags:
    réfugiés, Recep Tayyip Erdogan, Union européenne (UE)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik