International
URL courte
Opération turque dans le nord-est de la Syrie (135)
71715
S'abonner

En s’exprimant sur France Info, l’ambassadeur turc en France a reconnu à son pays le droit de bombarder si «ceux qui nous ont "aidés" sont des terroristes». Il a également fait savoir que «la Turquie en a assez, en a marre», en soulignant qu’elle ne considérait pas de cessez-le-feu.

Ismail Hakki Musa, ambassadeur de Turquie en France, a déclaré sur France Info le 11 octobre que, d’après lui, son pays «peut bombarder si ceux qui nous ont "aidés" sont des terroristes».

De suite, il a tenu à souligner que la plupart des frappes avaient visé seulement des cibles militaires. Toutefois, la Turquie a fait état d'un premier soldat tué, quand au moins 39 personnes sont mortes côté kurde.

«Depuis des années, il y a un déferlement de haine sous forme de propagande en Europe. Je le constate et je l'observe avec beaucoup de tristesse», a déploré l'ambassadeur.

Plusieurs pays et organisations ont sommé la Turquie de faire cesser sans délai l’opération qui a fait, dès le jour de son lancement, des victimes dans les rangs des milices kurdes. En réponse à ces appels, le Président Erdogan a menacé d’ouvrir les frontières de son pays dans le but de provoquer un afflux de migrants syriens vers l’Europe.

«Que nos amis et nos alliés le sachent: la Turquie en a assez, en a marre. Il n'y aura pas de cessez-le-feu. Nous n'affaiblissons pas les Kurdes. Cette bataille, ce n'est pas contre eux, c'est contre l'organisation terroriste. Nous sommes le seul pays qui a lutté contre Daech*», a lancé Ismail Hakki Musa sur France Info.

Pour rappel, la Turquie considère comme terroristes les Unités de protection du peuple (YPG) et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

L’offensive turque

La Turquie a lancé mercredi 9 octobre une offensive aérienne et terrestre contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie, baptisée Source de paix. Selon le Président turc, l’opération a pour but de «créer une zone de sécurité qui permettra le retour des réfugiés syriens» que la Turquie a accueillis sur son territoire.

Selon Recep Tayyip Erdogan, l’objectif de l’opération est de conserver «l'intégrité territoriale de la Syrie» et de libérer «le peuple de la région des griffes des terroristes».

De son côté, la diplomatie syrienne a signalé que la Syrie «fera face à l'agression turque sous toutes ses formes à travers le pays, en utilisant tous les moyens légaux». Elle a souligné en outre que «la tâche de protéger le peuple syrien appartient à l'Armée arabe syrienne, à l'État syrien et à personne d'autre».

*Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Opération turque dans le nord-est de la Syrie (135)

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
opération militaire, politique, Syrie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook