International
URL courte
8782
S'abonner

Après que les États-Unis ont récemment refusé d’accorder des visas aux délégués russes qui devaient assister à une conférence sur le désarmement, la Russie proposera ce vendredi lors de la réunion de la Première Commission de l’AG de l’Onu de transmettre ses travaux à Vienne ou Genève.

La Russie considère Vienne ou Genève comme des villes qui pourraient accueillir à l’avenir les travaux de la Première Commission de l’Assemblée générale des Nations unies qui traite des questions de désarmement et de sécurité internationale.

«Aujourd’hui, nous envisageons de présenter un des documents qui sera soumis à l’examen de la Première Commission. C’est une décision de procédure concernant le déplacement de la Première Commission de New York vers un autre site du système de l’Onu, c’est-à-dire à Vienne ou Genève», a indiqué Alexeï Belooussov, vice-représentant permanent de la Fédération de Russie auprès des Nations unies à Genève et des organisations internationales en Suisse, en charge des questions de désarmement.

Il a précisé que le document serait proposé comme une décision officielle de la Première Commission.

Rappelons que les autorités américaines avaient refusé d’accorder des visas à un tiers des membres de la délégation russe qui devaient assister à une conférence sur le désarmement lors de la 74e session de l’Assemblée générale de l’Onu fin septembre à New York. Après cela, l'adjoint à l'ambassadeur de la Fédération de Russie à l'Onu, Dmitri Polanski, a évoqué la possibilité du transfert de la Première Commission dans une autre ville.

Lire aussi:

EN CONTINU Le bilan de l'explosion à Beyrouth s'alourdit à 63 morts et plus de 3.000 blessés
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
Tags:
la Première Commission de l’Assemblée générale des Nations unies, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook