Ecoutez Radio Sputnik
    Protestations à Quito

    Les militaires introduisent la restriction de mobilité en Équateur

    © Sputnik . Marco Teruggi
    International
    URL courte
    338
    S'abonner

    En Équateur, où des protestations ont éclaté début octobre suite à la suppression des subventions sur les carburants, le commandement des forces armées a annoncé des restrictions de mobilité pour 24 heures à partir du samedi 12 octobre à 20h00.

    Les forces armées équatoriennes ont annoncé dans un communiqué que la mobilité sur l'ensemble du territoire national serait limitée pendant 24 heures à partir du samedi 12 octobre à 20h00 GMT.

    «Le commandement conjoint des forces armées pourra prolonger pour 24 heures la durée de la restriction de mobilité, à compter du samedi 12 octobre 2019 à 15 heures [20h00 GMT, Ndlr]. La restriction de mobilité s’étend à l’ensemble du territoire national, notamment à des zones sensibles et stratégiquement importantes», indique le communiqué.

    Par zones sensibles et stratégiquement importantes, les militaires entendent des installations militaires et policières, l’infrastructure publique, les ports et les aéroports, les antennes de retransmission, les systèmes de distribution d’eau potable, les raffineries et les sites pétroliers, les centrales électriques et les réseaux de distribution d’électricité.

    Le communiqué indique que les forces armées et la police sont habilitées à contrôler les espaces publics et à enregistrer les personnes et les véhicules afin de rétablir l'ordre et la sécurité publics.

    Protestations en Équateur

    Les protestations en Équateur ont éclaté début octobre et se poursuivent toujours suite à la décision du gouvernement d'augmenter le prix de l'essence en échange d'un prêt du FMI. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont fait en plus d'une semaine cinq morts et plus de 2.000 blessés. Les protestataires ont bloqué les routes, les champs pétroliers et l’accès à l’aéroport de Quito. Ils ont perturbé le travail de nombre d’entreprises et prenaient des policiers en otages.

    Le Président Moreno a proclamé l’état d’urgence et décrété le couvre-feu, la capitale étant quadrillée par la police et l'armée. Il a aussi transféré le siège du gouvernement dans la ville côtière de Guayaquil.

    La décision de supprimer des subventions sur les carburants pour un montant total de 1,3 milliard de dollars est entrée en vigueur jeudi. Cela a entraîné des hausses des prix des carburants allant jusqu'à 123%. Le litre est ainsi passé en moyenne de 0,48 à 0,63 dollar, selon globalpetrolprices.com.

    Tags:
    zones, armée, restrictions, Equateur
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik