International
URL courte
11325
S'abonner

Une étude, dont les résultats seront prochainement publiés par Economic Policy, montre que les sanctions antirusses coûtent cher à l’Europe, et surtout à l’Allemagne, selon Handelsblatt.

Le quotidien économique allemand Handelsblatt s’est procuré une étude intitulée «Tirs amis: l'impact commercial des sanctions prises par la Russie et des contre-sanctions», à paraître prochainement dans Economic Policy, et qui révèle le bilan décevant des sanctions introduites contre la Russie suite à la crise ukrainienne de 2014.

Ses auteurs, Matthieu Crozet, de l'Université Lingnan de Hong Kong, et Julian Hinz, de l'Institut pour l'économie mondiale de Kiel, affirment que les sanctions adoptées par 37 pays dont les États-Unis, le Japon et les 28 États membres de l’Union européenne représentent un manque à gagner commercial de quatre milliards de dollars par mois, supporté presque à parts égales par la Russie (52%) et les pays qui ont introduit les sanctions (48%).

92% des pertes portés par l’Europe

Cependant la principale concernée est l’Union européenne à laquelle incombent 92% des pertes des pays ayant introduit ces sanctions, soit un manque à gagner mensuel de près d’un milliard et demi d’euros.

Selon le média, pour parvenir à ces chiffres, les deux chercheurs ont divisé le commerce avec la Russie en différents pays et catégories de produits. Puis ils ont élaboré des scénarios de développement normal de ces différents marchés sans sanctions qu’ils ont comparés avec le développement réel. La différence obtenue constitue le montant de la perte commerciale imputable aux sanctions et aux contre-sanctions décidées en réponse par la Russie.

Effets indirects

Parmi les États européens, l’Allemagne est la plus touchée, portant 38% des pertes des pays associés aux sanctions contre la Russie.

Handelsblatt ajoute que selon les auteurs de l’étude une part importante des dommages causés au commerce avec la Russie n’est pas liée directement à des interdictions d’exportation ou d’importation de certains produits. Les sanctions financières imposées par les États-Unis à l’égard d’une liste d’institutions financières et d’entreprises énergétiques russes de plus en plus longue ont joué un rôle crucial dans l’effet de ralentissement des échanges.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
pertes, sanctions antirusses, Russie, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook