International
URL courte
380
S'abonner

L’entreprise d'espaces de coworking WeWork a dû fermer 2.300 de ses salles de vidéoconférence en raison de la présence d’une substance cancérigène.

Déjà confrontée à des difficultés financières, l’entreprise de location d’espaces de travail partagés WeWork a annoncé avoir découvert des taux potentiellement dangereux de formaldéhyde dans plusieurs de ses bureaux aux USA et au Canada, rapporte Reuters.

Dans un courriel adressé à ses locataires, le groupe a précisé que la substance cancérigène avait été détectée dans des salles utilisées pour passer des appels privés ou faire des vidéoconférences.

Les analyses ont été effectuées après des plaintes de locataires faisant état d’odeurs étranges et d’irritation oculaire, après quoi près de 1.600 salles de vidéoconférence ont été fermées. Reuters évoque également la fermeture de 700 autres pièces jusqu’à la fin des analyses.

Des temps difficiles pour WeWork

Fondée en 2010, la compagnie WeWork opère actuellement dans 111 villes réparties dans 29 pays. Ces derniers mois, le groupe a connu d’importantes difficultés, dont la chute de sa valeur en bourse de 47 à 15 milliards de dollars.

Au terme de 2018, le chiffre d’affaires de l’entreprise a atteint 1,8 milliard de dollars, alors que ses pertes s’élevaient à 1,6 milliard de dollars. Au vu de ces résultats, le cofondateur israélien du groupe, Adam Neumann, a présenté sa démission.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
Vers une suspension des brevets des vaccins anti-Covid: Big Pharma K.O. debout?
Tags:
santé, risques, cancer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook