Ecoutez Radio Sputnik
    Stockholm

    Le sous-marin «présumé russe» recherché par la marine suédoise était une bouée météorologique

    © Sputnik . Iouri Abramotchkine
    International
    URL courte
    14823
    S'abonner

    Les recherches visant à repérer un sous-marin étranger, présenté comme russe par la presse mainstream, au sud de l’archipel de Stockholm en octobre 2014 ont en réalité été déclenchées par le signal sonore d’une bouée météorologique intercepté par la marine suédoise, rapportent les médias locaux.

    Un signal radio codé émis par une bouée en panne de l’Institut suédois de météorologie et d’hydrologie (SMHI) a induit en erreur un sous-marin suédois qui a déclenché une vaste opération de recherche pour trouver ce qu’il pensait être un sous-marin étranger au sud de l’archipel de Stockholm en octobre 2014, relate le quotidien Svenska Dagbladet.

    Selon le média, l’équipage du sous-marin suédois était en mission de recherche d’objets en déplacement.

    «Un signal sonore a été intercepté. L’erreur consistait dans le fait qu’ils n’avaient pas compris que la source du son se trouvait dans une autre direction. L’enregistrement les a désorientés», a raconté au quotidien une source anonyme proche du déroulement de l’opération.

    Un porte-parole du SMHI a confirmé au Svenska Dagbladet qu’une bouée météorologique en mer Baltique était tombée en panne le jour où le signal avait été intercepté. Cette information a été transmise à une autre bouée située au sud de l’archipel de Stockholm. Plus tard il s’est avéré que ce signal avait été intercepté par le sous-marin.

    L’interlocuteur du quotidien a expliqué que la source véritable du signal avait été déterminée grâce à l’analyse des enregistrements réalisée par un autre sous-marin doté d’équipements plus modernes.

    «Son disque dur renfermait une indication précise sur l’endroit au sud de l’archipel où se trouvait la bouée du SMHI utilisée également par les militaires. Quand la bouée est tombée en panne le SMHI a envoyé un navire pour la récupérer. Tout est devenu évident lorsque l’échantillon de son a été comparé avec les enregistrements de deux sous-marins suédois. Ce n’était pas un sous-marin étranger», a-t-il expliqué à Svenska Dagbladet.

    Un militaire sur le pont du croiseur nucléaire lance-missiles Pierre le Grand dans l'océan Atlantique
    © Sputnik . Press service of the Northern Fleet/Andrey Luzik
    Le journal indique que le gouvernement et le ministre de la Défense ont appris la vérité sur l’origine de ce son en mai 2015. Cependant le Parlement n’a été informé que quatre mois plus tard par un rapport confidentiel qui ne dévoilait pas les détails de l’incident. Le document a été remis au Parlement après l’approbation d’une augmentation des dépenses militaires de 10 milliards de couronnes (923 millions d’euros) et l’octroi de ressources supplémentaires pour la recherche de sous-marins étrangers qui pourraient se retrouver dans les eaux territoriales suédoises.

    Au cours de l’opération d’octobre 2014, des médias étrangers avaient soupçonné la présence d’un mini sous-marin russe. La Défense russe avait alors déclaré qu’un mini sous-marin ou un sous-marin de poche russe ne pouvaient pas naviguer dans les eaux suédoises parce que la marine russe ne les utilisait plus. Les recherches ont duré pendant environ une semaine et ont coûté près de 20 millions de couronnes (1,8 million d’euros). Lorsqu’elles se sont terminées, le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist avait déclaré que les forces armées «avaient reçu la confirmation de la présence d’un sous-marin étranger dans les eaux suédoises».

    Tags:
    bouée, sous-marin, recherches, Stockholm, Peter Hultqvist
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik