International
URL courte
Opération turque Source de paix dans le nord-est de la Syrie (135)
144913
S'abonner

Ankara est prêt à arrêter son offensive dans le nord-est de la Syrie à condition que les forces kurdes «déposent leurs armes et leurs équipements» et quittent la zone de sécurité «tout de suite, ce soir», a déclaré Recep Tayyip Erdogan qui avait annoncé la veille qu’il poursuivrait son opération «que le monde accepte ou pas» de le soutenir.

Le Président turc a déclaré mercredi 16 octobre que l’offensive dans le nord-est de la Syrie serait arrêtée si les forces kurdes désarmaient et reculaient.

«Tout de suite, ce soir, que tous les terroristes déposent leurs armes et leurs équipements, détruisent toutes leurs fortifications et se retirent de la zone de sécurité que nous avons fixée», a-t-il indiqué.

Lorsque les combattants kurdes se seront retirés «de Minbej à la frontière irakienne, alors notre opération Source de Paix, qui ne vise que les terroristes, se terminera d'elle-même», a ajouté Recep Tayyip Erdogan.

La veille, la Turquie avait déclaré que son opération militaire dans le nord de la Syrie se poursuivrait, «que le monde accepte ou pas» de la soutenir.

Entretemps, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a annoncé que la visite de Recep Tayyip Erdogan en Russie pourrait avoir lieu avant la fin du mois d’octobre.

Sanctions américaines

Les États-Unis ont pour leur part décrété des sanctions contre la Turquie pour son opération militaire, notamment contre les ministres turcs de l'Énergie, de la Défense et de l'Intérieur. Leurs éventuels avoirs aux États-Unis sont gelés et leurs transactions internationales en dollars sont bloquées.

L’opération Source de paix, lancée par la Turquie le 9 octobre dans le nord-est de la Syrie, devrait permettre de créer une zone de sécurité à la frontière et assurer le retour de Syriens réfugiés en Turquie, selon le Président Erdogan.

Dossier:
Opération turque Source de paix dans le nord-est de la Syrie (135)

Lire aussi:

Policier tué à Avignon: ce que l'on sait du tireur
Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
L’éolien fait souffler un vent mauvais sur la souveraineté française
Tags:
armes, réfugiés syriens, avoirs, ministre, États-Unis, sanctions, Russie, Dmitri Peskov, zone de sécurité, fortification, Kurdes, opération militaire, opération Source de paix (2019), Recep Tayyip Erdogan, Minbej, Syrie, Ankara, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook