International
URL courte
4812328
S'abonner

En accusant Emmanuel Macron de «rencontrer des terroristes», le Président turc a refusé mardi sa proposition auprès de la Russie concernant une «prolongation du cessez-le-feu» en Syrie.

Recep Tayyip Erdogan a rejeté le 22 octobre la proposition d’Emmanuel Macron de prolonger le cessez-le-feu en Syrie, selon l'AFP.

«Je n'ai pas reçu une telle proposition de Macron. Macron rencontre des terroristes et il a choisi ce moyen pour nous communiquer la proposition des terroristes», a déclaré le Président turc.

Lundi 21 octobre, M.Macron a souligné lors d'un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine «l'importance de la prolongation du cessez-le-feu» qui expire mardi soir dans le nord-est de la Syrie.

«Le processus [de trêve, ndlr] s'achève aujourd'hui à 22 heures. Si les promesses faites par les Américains ne sont pas respectées, l'opération reprendra avec une plus grande détermination», a rajouté M.Erdogan.

Opération militaire Source de paix

Le 6 octobre, Donald Trump a annoncé le retrait des forces américaines de Syrie. Trois jours plus tard, le 9 octobre, la Turquie a lancé son opération militaire Source de paix dans le nord de du pays en vue d'éloigner les forces kurdes de la frontière turque et d'y créer une zone tampon de 30 km. De nombreux pays et organisations ont condamné cette offensive que les autorités syriennes considèrent comme une agression.

Jeudi 17 octobre, Washington et Ankara ont déclaré être parvenus à un accord de cessez-le-feu pour 120 heures dans le nord-est de la Syrie, au terme duquel les miliciens kurdes devraient se retirer à une trentaine de kilomètres de la zone tampon à la frontière turco-syrienne qu’Ankara entend contrôler en toute indépendance. Le vice-Président états-unien Mike Pence a souligné que les militaires américains ne reviendraient plus dans cette région.

Action militaire US contre la Turquie

Lundi 21 octobre, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que Donald Trump était «totalement prêt» à engager une action militaire contre la Turquie si nécessaire. Pompeo a refusé de préciser ce qui pourrait inciter Washington à lancer une telle opération contre Ankara.

Lire aussi:

Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
Syrie, Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook