Ecoutez Radio Sputnik
    Le président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev

    Pour Gorbatchev, la guerre froide a été gagnée par deux puissances

    © Sputnik . Evgueni Odinokov
    International
    URL courte
    13346
    S'abonner

    L’Union soviétique et l’Occident sont sortis gagnants de la guerre froide, a déclaré l’ancien Président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, critiquant toutefois la perception américaine de son issue. Selon lui, l’approche des États-Unis est devenue la raison principale des désaccords actuels avec Moscou.

    La fin de la guerre froide entre l’Union soviétique et les pays occidentaux a été une victoire commune, a déclaré l’ex-Président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, dans une interview accordée au journal allemand Welt am Sonntag et dont des extraits ont été publiés sur le site de la Fondation Gorbatchev.

    «La fin de la guerre froide a été notre victoire commune, mais les politiques occidentaux, et avant tout les États-Unis, se sont déclarés vainqueurs. Ils ont proclamé cela partout. Et, d'ailleurs, les médias les ont suivis», a-t-il souligné.

    Les dirigeants des pays occidentaux n’ont pas pris en compte la perception en Russie d’une telle approche et la manière dont elle allait affecter les relations futures, a dénoncé M.Gorbatchev. L’Occident a également commencé à agir comme si «tout lui était permis».

    M.Gorbatchev a constaté que les partenaires de la Russie «n’ont pas pu résister à l'épreuve de la nouvelle ère», ce qui est devenu la raison principale des désaccords actuels entre eux et Moscou.

    «Récemment, certains responsables politiques en Europe ont commencé à penser plus sérieusement que les tentatives d’isoler la Russie nuisent à tous, qu’il faut trouver ensemble une solution qui convienne à toutes les parties. Je sais que la Russie réfléchit également à cela», a-t-il conclu.

    Une nouvelle guerre froide n’est pas désirée

    Dans une récente interview accordée à des chaînes arabophones, Vladimir Poutine a exprimé l'espoir que la guerre froide ne se reproduirait pas.

    Répondant à la question de savoir si une nouvelle course aux armements pourrait déclencher le début d'une deuxième guerre froide, M. Poutine a répondu: «Je ne le voudrais pas». Dans le même temps, il a noté qu'une telle possibilité affecterait peu la Russie, qui dispose «d'armes prometteuses, absolument exclusives, que personne au monde n'a encore.»

    Tags:
    Russie, isolement, États-Unis, guerre froide, URSS, Mikhaïl Gorbatchev
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik