International
URL courte
82117
S'abonner

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas s’en est pris à la ministre de la Défense et présidente de l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne Annegret Kramp-Karrenbauer pour son idée de mettre en place en Syrie une zone de sécurité internationale, rapporte Deutsche Welle.

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a vertement critiqué l’idée de la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer de créer en Syrie une zone de sécurité contrôlée par des forces internationales.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision RTL, il a déclaré que la communauté internationale attendait du gouvernement fédéral qu’il fonctionne comme un tout unique et qu’il fasse ce genre de propositions après consultations.

«La discussion a mal commencé… Il est question de la confiance envers la politique étrangère allemande», a déclaré le ministre cité par Deutsche Welle.

A contrario, M.Maas a salué l’accord de prorogation de plus de six jours du cessez-le-feu dans le nord de la Syrie, intervenu mardi 22 octobre entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan. Il a signalé que c’est sur cette base qu’il fallait développer l’idée d’une mission internationale dans le nord de la Syrie.

Proposition de Kramp-Karrenbauer

La ministre fédérale de la Défense avait précédemment appelé à mettre en place dans le nord de la Syrie une zone de sécurité contrôlée par des forces internationales, Russie et Turquie comprises. Elle a précisé que l’idée avait été discutée avec la chancelière Angela Merkel. Mme Kramp-Karrenbauer se propose de l’évoquer en marge d’une réunion des ministres de la Défense de l’Otan les 24 et 25 octobre à Bruxelles.

Accord russo-turc

Mardi 22 octobre, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan sont tombés d’accord pour réserver aux unités kurdes un délai de 150 heures à partir du 23 octobre pour quitter une zone de 30 kilomètres  depuis la frontière turque. Pendant cette période la Russie et la Syrie effectueront des patrouilles à l’extérieur de cette zone. Après le retrait des Kurdes, Moscou et Ankara doivent organiser des patrouilles conjointes à une profondeur de 10 kilomètres de la frontière entre l’ouest et l’est de la zone de l’opération Source de paix, la ville de Qamishli exclue.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
zone de sécurité, Annegret Kramp-Karrenbauer, Heiko Maas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook