Ecoutez Radio Sputnik
    Siège de l'Onu à Genève

    Un Kurde syrien tente de s’immoler près du siège de l’Onu à Genève

    © AFP 2019 Fabrice Coffrini
    International
    URL courte
    7414
    S'abonner

    Un Kurde syrien résidant en Allemagne a tenté de s’immoler par le feu ce mercredi devant le siège du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés à Genève.

    Alors que la situation semble s’apaiser à la frontière syro-turque, où Ankara a arrêté son offensive contre les milices YPG, un Kurde syrien a tenté ce mercredi 23 octobre de s’immoler par le feu devant le siège du Haut-Commissariat de l’Onu pour les réfugiés (HCR) à Genève.

    L’homme de 31 ans et domicilié en Allemagne a été rapidement pris en charge par les pompiers et transporté par hélicoptère vers le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) de Lausanne, rapporte l’AFP.

    Selon un porte-parole de la police genevoise, il n’a laissé ni lettre ni pancarte pour expliquer son geste et «avait beaucoup de peine à s’exprimer quand les secours sont arrivés».

    Les faits se sont déroulés dans le quartier des Nations, où se trouve le siège européen de l'Onu, en présence de nombreux passants, précise l’agence.

    Mobilisation contre l’offensive turque

    Ces dernières semaines, les Kurdes de Suisse ont à plusieurs reprises manifesté pour protester contre l’opération militaire turque dans le nord-est de la Syrie qui avait contraint des milliers de Kurdes locaux à se réfugier en Irak.

    Mardi 22 octobre, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé la fin de l’offensive contre les milices des Unités de protection du peuple (YPG), organisation considérée comme terroriste par Ankara. Dans le même temps, Moscou et Ankara ont convenu de contrôler ensemble la majeure partie de cette zone frontalière.

    Tags:
    Recep Tayyip Erdogan, immolation, Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Syrie, Turquie, Suisse, Kurdes, Unités de protection populaire kurdes (YPG)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik