International
URL courte
1233
S'abonner

Ri Sol-ju, épouse du leader nord-coréen, est réapparue sur la scène publique pour la première fois depuis la fin juin. Il ne s’agit pas de la première «disparition» de ce genre.

Après une absence de près de quatre mois, l’épouse du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, Ri Sol-ju, est enfin réapparue en public lors d’une visite de son mari dans la zone touristique du mont Kumgang (est), rapportent les médias asiatiques.

Lors de ce déplacement, le leader du pays communiste a ordonné de démolir les installations de la partie sud-coréenne du site, selon l’agence officielle KCNA. Les photos publiées par l’agence montrent Ri Sol-ju à côté de son époux.

Elle avait été vue pour la dernière fois lorsque le Président chinois Xi Jinping réalisait sa première visite à Pyongyang fin juin. Depuis, Kim Jong-un a toujours fait des apparitions en public sans Mme Ri.

Pendant son absence, c’est la sœur cadette du dirigeant nord-coréen, Kim Yo-jong, qui l’accompagnait lors de grands événements, comme sa récente promenade à cheval au mont Paektu considéré comme l’un des lieux les plus sacrés du pays.

Pas la première «disparition»

Ce n’est pas la première fois que Ri Sol-ju disparaît de la vie publique. En effet, en 2016, elle n’avait pas été aperçue pendant neuf mois, suscitant certaines rumeurs comme la naissance d’un bébé, rappelle l’agence Yonhap.

Une chose reste inhabituelle quant à la récente disparition de Ri Sol-ju: elle a été mentionnée au moins une fois par mois dans les médias nord-coréens depuis que qu’ils ont commencé à faire référence à elle comme Première dame l’année dernière, à la place de «camarade».

Lire aussi:

Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Tags:
Kim Yo-jong, Paektu, Mont Kumgang, Xi Jinping, Chine, Corée du Nord, Ri Sol-ju, Kim Jong-un
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik