Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Suite à la Une du Point, le porte-parole d'Erdogan charge la France pour avoir «colonisé» et «massacré»

    © REUTERS / Mustafa Kamaci/Presidential Press Office
    International
    URL courte
    13524681
    S'abonner

    Réagissant à la Une du Point qui a traité Recep Tayyip Erdogan d’«éradicateur» des Kurdes en Syrie, le porte-parole du Président turc a accusé la France d’avoir massacré des milliers de personnes et d’avoir pratiqué le commerce des esclaves dans ses anciennes colonies africaines.

    La Une du Point, qui a accusé le Président turc de «nettoyage ethnique», a suscité une vive réaction de la part d’Ankara. Ainsi le porte-parole du Président turc, Ibrahim Kalin, a violemment critiqué la France pour les crimes qu’elle a commis, selon lui, en Afrique pendant l’époque coloniale.

    «La France qui a colonisé de nombreux pays africains comme l’Algérie et le Maroc, qui a massacré des milliers de personnes, pratiqué le commerce des esclaves et qui a regardé le génocide au Rwanda. Et un magazine français qui a lancé une calomnie de nettoyage ethnique contre nous!», a-t-il écrit sur son Twitter.

    ​Il a expliqué «des attaques» contre le Président par la panique que l’armée turque a provoquée avec «le coup dur porté» au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en Syrie.

    «Les Kurdes ne sont pas vos mandataires et ne le seront pas. Vos journées de colonisation sont finies», a-t-il martelé.

    Erdogan porte plainte contre Le Point

    Vendredi 25 octobre, Recep Tayyip Erdogan a porté plainte auprès de la justice turque contre Le Point pour «insulte au chef de l'État». Dénonçant une atteinte à l'«honneur et à la dignité» du Président turc, la plainte vise le directeur du magazine, Étienne Gernelle, ainsi que son rédacteur en chef de la rubrique International, Romain Gubert.

    À son tour, l'hebdomadaire français a assuré vendredi par la voix de son directeur qu'il «ne lâcherait rien». M.Gernelle a notamment déclaré : «Nous ne retirons pas un mot de ce que nous avons écrit».

    Tags:
    plainte, France, Turquie, Recep Tayyip Erdogan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik