Ecoutez Radio Sputnik
     al-Baghdadi (image d'archive)

    Le Kremlin parle d’une «contribution majeure» de Trump si la mort d'al-Baghdadi se confirme

    © AP Photo / Manish Swarup
    International
    URL courte
    Mort d'Abou Bakr al-Baghdadi (30)
    8175
    S'abonner

    La mort du chef de Daech* doit être confirmée pour parler de la contribution de Donald Trump dans la lutte contre le terrorisme mondiale, a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

    Réagissant aux informations sur la mort d’al-Baghdadi, le porte-parole du Kremlin estime que cette nouvelle «telle qu’elle est ne peut pas susciter la réaction négative des autorités russes».

    «Effectivement, nos militaires ont vu dans la zone des chasseurs américains et des drones qui auraient pu y effectuer une mission. Si l’information sur la liquidation d’al-Baghdadi est confirmée, alors on peut parler, d’une manière générale, d’une contribution majeure du Président américain dans la lutte contre le terrorisme mondial», a-t-il déclaré aux journalistes.

    Il n’a toutefois pas précisé si Washington avait mis Moscou au courant de cette opération.

    Opération contre al-Baghdadi

    Le 27 octobre, Donald Trump a annoncé la mort du chef de Daech* durant une opération américaine dans le gouvernorat d’Idlib, en Syrie. D’après le Président américain, le terroriste a cherché à se cacher dans un tunnel mais, constatant que celui-ci se terminait par une impasse, il a actionné sa ceinture d’explosifs.

    La Défense russe a toutefois affirmé ne pas disposer d’informations fiables sur l’opération menée par les États-Unis. Selon le porte-parole du ministère Igor Konachenkov, le nombre croissant de ceux qui annoncent leur participation à l’élimination d’al-Baghdadi et diffusent des détails contradictoires sur l’opération jette le doute sur la réalité de l’opération comme telle et de sa réussite.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Mort d'Abou Bakr al-Baghdadi (30)
    Tags:
    États-Unis, Russie, Kremlin, Daech, Dmitri Peskov, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik