Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Moscou commente les projets de Washington de contrôler des champs pétroliers en Syrie

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    321323
    S'abonner

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a qualifié d’arrogantes les déclarations des États-Unis de maintenir leurs troupes en Syrie pour protéger les gisements de pétrole.

    Les projets des États-Unis de contrôler les régions pétrolifères dans le nord-est de la Syrie sont illégaux, a déclaré mardi 29 octobre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à l’issue d’une rencontre à Genève avec les ministres turc et iranien des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu et Mohammad Javad Zarif, et des consultations avec l’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu pour la Syrie, Geir Pedersen.

    «Les actions des États-Unis en Syrie sont contraires aux normes du droit international. Les États-Unis et les membres de la coalition dirigée par Washington se trouvent illégalement en Syrie», a indiqué M.Lavrov.

    Il a qualifié d’«arrogantes» les déclarations américaines sur la nécessité de protéger les sites pétroliers en Syrie.

    «Quelques jours après avoir annoncé le retrait de leurs forces de Syrie, les États-Unis ont déclaré que ces troupes y seraient maintenues et que même les forces déjà retirées vers l’Irak avaient commencé à retourner sur le territoire syrien pour protéger les champs pétroliers contre Daech*, ce n’est qu’un prétexte, surtout que les dirigeants américains ont déclaré en mars que Daech* avait été vaincu et anéanti. […] Bien sûr, c’est une action illégale», a ajouté le ministre russe.

    Le chef du Pentagone Mark Esper a déclaré le 28 octobre que les États-Unis protégeraient les champs pétroliers en Syrie et opposeraient une résistance aux tentatives d’autres parties de s’en emparer.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    gisements de pétrole, Syrie, États-Unis, Genève, Sergueï Lavrov
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik