International
URL courte
1210
S'abonner

Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi que des patrouilles conjointes avec la Russie commenceraient vendredi 1er novembre dans la zone frontalière en Syrie.

Les patrouilles conjointes russo-turques dans la zone frontalière en Syrie débuteront vendredi 1er novembre, a annoncé le Président turc Recep Tayyip Erdogan intervenant devant le groupe parlementaire de son parti à Ankara.

«Vendredi, nous débutons le travail de terrain conjoint avec les Russes. En d'autres termes, nous débutons les patrouilles», a déclaré M.Erdogan cité par l'AFP.

Le 23 octobre, la police militaire russe avait commencé à patrouiller la frontière séparant la Turquie et la Syrie conformément aux dispositions du mémorandum signé par Moscou et Ankara.

Aux termes de ce même accord, les combattants des Unités de protection du peuple (YPG) kurdes devaient se retirer de leurs positions frontalières de la Turquie avant mardi 29 octobre.

Ankara veut une «zone de sécurité»

La Turquie envisage de mettre en place une «zone de sécurité» d'une trentaine de kilomètres de profondeur le long de sa frontière pour séparer celle-ci des YPG, considérées par Ankara comme une organisation terroriste.

Mardi, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou avait annoncé que le retrait des miliciens kurdes était terminé. Pour sa part, M.Erdogan a affirmé que la Turquie pourrait vérifier la réalité de ce retrait après le lancement des patrouilles militaires conjointes avec les Russes.

«Nous nous réservons le droit de reprendre notre opération si nous voyons que les terroristes ne se sont pas retirés au-delà de 30 km ou si les attaques continuent, d'où qu'elles viennent», a souligné le dirigeant turc.

Lire aussi:

L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
En continu: attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois morts dont un aurait été décapité
Un homme armé qui menaçait des passants à Avignon tué par la police
Tags:
Sergueï Choïgou, Unités de protection populaire kurdes (YPG), frontière, patrouille, Recep Tayyip Erdogan, Russie, Syrie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook