International
URL courte
12213
S'abonner

Dans une interview accordée à Sputnik, le ministre turc de la Défense a mentionné certaines difficultés quant à la mise en place du mémorandum conclu par Poutine et Erdogan sur la Syrie, tout en saluant la collaboration avec la Russie plutôt «réussie» dans la poursuite de la lutte antiterroriste.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a répondu aux questions d’un correspondant de Sputnik concernant la mise en œuvre des accords de Sotchi entre la Turquie et la Russie. Durant la visite de la délégation militaire russe en Turquie, les deux parties ont travaillé dans le respect des accords conclus par Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan.

«Globalement, le travail se poursuit avec succès, mais il y a certaines difficultés qu’on ne peut toutefois pas qualifier d’insolubles, nous les réglerons dans un avenir proche.»

Le ministre a souligné que la Turquie cherchait à créer une zone de sécurité dans la région:

«Nous poursuivons la lutte antiterroriste, avant tout contre Daech⃰, le Parti de l’union démocratique [kurde syrien, ndlr], le Parti des travailleurs du Kurdistan, les Unités de protection du peuple.»

La collaboration entre Moscou et Ankara concerne la création d’une zone de sécurité, le fait d’assurer la sécurité dans les territoires frontaliers ainsi que la contribution au rapatriement sécurisé des Syriens. Et de souligner que dans le cadre des travaux dans ces domaines, la Turquie agissait dans le respect de l'intégrité territoriale de la Syrie.

«Comme on le sait, des membres du Comité constitutionnel sont arrivés à Genève. Nous préconisons la création d’une constitution, la tenue d’élections en Syrie et apportons tout le soutien possible à ce processus dans la mesure du possible.»

Ankara a dit espérer un prompt règlement d’une importante partie de ces problèmes, a ajouté le ministre.

À la question de savoir si les patrouilles le long de la zone de sécurité avaient déjà commencé, Hulusi Akar a fait savoir qu’elles débuteraient rapidement.

Mémorandum russo-turc sur la Syrie

Plus tôt dans la journée, Recep Tayyip Erdogan avait annoncé que des patrouilles conjointes avec la Russie dans la zone frontalière en Syrie commenceraient vendredi 1er novembre.

Lancée le 9 octobre en Syrie, l’opération militaire turque Source de paix, menée contre les Unités de protection du peuple (YPG), organisation considérée comme terroriste par Ankara, a été achevée le 22 octobre. D’après le mémorandum conclu à l’issue des pourparlers russo-turcs à Sotchi, les unités kurdes devaient se retirer à 30 km de la frontière syro-turque, opération qui s’est achevée «dans les 150 heures» suivant le mercredi 23 octobre à midi, donc à 17h00 heure de Paris le 29 octobre.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Un puissant séisme frappe le Vanuatu
Avec l’explosion à Beyrouth, «tout le système politico-économique mis en place depuis 40 ans s’est effondré brutalement»
Tags:
Syrie, Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Russie, Ankara
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook