Ecoutez Radio Sputnik
    La Bible (image d'illustration)

    Deux frères en viennent aux mains à cause de la Bible aux États-Unis

    CC0 / Pexels
    International
    URL courte
    15109
    S'abonner

    La discussion de deux frères à propos de la Bible a failli tourner au drame aux États-Unis. L’un des deux a essayé d’étranger l’autre, puis a utilisé son arme à feu pour tirer vers le sol, indique la chaîne de télévision WCTV. Les forces de l’ordre ont arrêté le tireur.

    Le débat de deux frères sur la Bible s’est transformé en bagarre, au cours de laquelle plusieurs coups de feu ont retenti sans blesser personne en Floride, relate la chaîne de télévision WCTV.

    D’un débat vers l’usage d’une arme

    Installés sous le porche d’une maison, les deux hommes consommaient des boissons alcoolisées lorsqu’ils ont commencé à débattre au sujet de la Bible. Peu après, Michael Dean s’est mis à étranger son frère qui est parvenu à se libérer des mains de ce dernier.

    Après une courte rixe, Michael a sorti un pistolet. Il a demandé à son frère de s’en aller mais, quelques minutes plus tard, il a tiré quatre ou cinq fois au sol, à côté des marches du porche où son frère se tenait.

    Des douilles retrouvées

    Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, l’agresseur a confirmé que la bagarre avait eu lieu à cause de l’altercation sur la Bible. Les forces de l’ordre ont découvert cinq douilles de calibre 40, mais le tireur a nié avoir utilisé l’arme contre son frère en déclarant que les douilles étaient tombées de son automobile.

    Quand les policiers ont tenté d’arrêter le tireur, il a commencé à donner des coups de pied à la porte du véhicule de police. Et lorsqu’un chérif adjoint a ouvert la porte pour essayer de calmer M.Dean, celui-ci a menacé: «Je vais vous tuer, je vous tuerai», a précisé la chaîne de télévision.

    Finalement, l’homme a été arrêté.

    Tags:
    Floride, arme à feu, coups de feu, tirs, bagarre, frère, États-Unis, La Bible
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik