Ecoutez Radio Sputnik
    Avions (image d'illustration)

    Le smog engloutit New Delhi, perturbant le trafic aérien

    CC0 / ThePixelman / Avions
    International
    URL courte
    239
    S'abonner

    Un brouillard de pollution à couper au couteau a englouti la capitale indienne et causé de fortes perturbations à l'aéroport de New Delhi ce dimanche 3 novembre, où 37 vols ont été déroutés vers d'autres aéroports.

    Un important pic de pollution a provoqué de fortes perturbations à l'aéroport de New Delhi le 3 novembre, au cours desquelles 37 vols ont été déroutés vers d'autres aéroports, selon les autorités.

    «La pollution a atteint des niveaux insupportables», a déploré dimanche sur Twitter le ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal.

    Les vols ont été détournés entre 9 et 13 heures (heures locales) vers des villes comme Jaipur, Amritsar Lucknow et Mumbai, en raison de la faible visibilité à l'aéroport de Delhi.

    «La mise à jour a été réalisée à 11 heures 30 minutes: en raison de la faible visibilité, les vols à l'aéroport de Delhi sont affectés. Tous les CAT-II pilotes conformes sont capables d’effectuer l’opération. Il est demandé aux passagers de contacter la compagnie aérienne concernée pour des renseignements actualisés sur leur vol. Nous regrettons les désagréments occasionnés», indique le compte Twitter de l’aéroport de la capitale indienne.

    À partir d'environ 17 heures, la visibilité s'est améliorée. Entretemps, Air India a déclaré avoir eu 12 vols détournés depuis 9 heures du matin, cinq pour Vistara.

    «Cinq vols ont été déroutés vers l'aéroport d'Amritsar et celui de Jaipur, deux vols déroutés vers l'aéroport de Lucknow», a précisé le porte-parole d’Air India.

    Qui plus est, cinq vols d'Air India à destination de New Delhi et en provenance de Kolkata, Mumbai, Chennai, Ahmedabad et Londres ont été déroutés vers l'aéroport de Jaipur ce dimanche 3 novembre.

    Tags:
    avion, aéroport, New Delhi, Inde, brouillard, smog
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik