Ecoutez Radio Sputnik
    L'Inde

    New Delhi frappée par une pollution asphyxiante, le ministre de la Santé conseille de manger des carottes

    © AP Photo / Manish Swarup
    International
    URL courte
    152
    S'abonner

    La pollution importante dont la capitale indienne souffre depuis plusieurs jours à pousser les autorités indiennes à conseiller aux citoyens de manger des carottes pour lutter contre les effets négatifs pour la santé. Toutefois, cette «astuce» a été critiquée par les internautes.

    Pour lutter contre la forte pollution qui frappe la capitale indienne, les autorités ont conseillé de manger plus de carottes pour éviter des effets négatifs sur la santé causés par le smog épais qui a englouti New Delhi.

    «Manger des carottes aide le corps à obtenir de la vitamine A, du potassium et des antioxydants qui protègent contre l’héméralopie si commune en Inde. Les carottes aident aussi contre les effets négatifs sur la santé apportés par la pollution», a écrit le ministre indien de la Santé sur Twitter.

    Toutefois, les internautes se sont mis en colère contre cette publication du ministre en jugeant que les autorités ne faisaient pas assez pour lutter contre la pollution.

    «La honte. Les gens peuvent développer de l’asthme et un cancer parce que vous n’avez rien fait et après vous voulez que nous mangions des carottes.»
    «Manger des carottes aide contre "le dommage relatif à la pollution", cela est votre conseil génial? Pourquoi ne sortez-vous pas de votre bureau et faites de la place pour quelqu'un qui peut réellement faire quelque chose de significatif.»

    La vague de pollution hors norme qui frappe New Delhi a déjà causé une forte perturbation à l’aéroport de la capitale où presque 40 vols ont été détournés dans les autres villes de l’Inde le 3 novembre. Les écoles sont fermées jusqu’au 15 novembre, les travaux publics sont interdits actuellement dans la capitale, rappelle le HuffPost.

    Tags:
    pollution, carotte, smog, santé, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik