Ecoutez Radio Sputnik
     Département du Trésor des États-Unis

    Neuf Iraniens, dont un fils de l'ayatollah Khamenei, visés par de nouvelles sanctions US

    © Sputnik . Alexeï Agarychev
    International
    URL courte
    5420
    S'abonner

    Les États-Unis ont imposé des sanctions contre encore neuf Iraniens, dont un fils du guide suprême iranien, en sanctionnant également l’état-major des forces armées de la République islamique, append-t-on d’un communiqué du Trésor américain.

    Washington a imposé des sanctions à neuf personnes qui seraient liées, selon lui, au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, dont son chef de cabinet, l'un de ses fils - Mojtaba Khamenei né en 1969- et le chef de la justice iranienne, a annoncé lundi, dans un communiqué, le Trésor américain à l'occasion du 40e anniversaire de la prise d'otages de l'ambassade des États-Unis à Téhéran.

    Selon ce document, l’état-major des forces armées de la République islamique a également été porté sur la «liste noire» de ces nouvelles sanctions anti-iraniennes des États-Unis.

    Téhéran réagit 

    Les nouvelles sanctions des États-Unis visant plusieurs personnalités iraniennes et l’état-major des forces armées de la République islamique sont parfaitement inutiles, a indiqué lundi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi.

    «Comme nous l’avons déclaré à maintes reprises par le passé, de telles mesures ne font qu’illustrer la situation désastreuse et l’impuissance de ce régime [américain, ndlr] qui ne sait même pas se servir de mécanismes rationnels de la diplomatie», a souligné le diplomate, condamnant les sanctions et soulignant leur inutilité.

    Par un accord conclu à Vienne en juillet 2015 avec le groupe P5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne), Téhéran a accepté de réduire ses activités nucléaires - afin de garantir leur caractère exclusivement civil - en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales asphyxiant son économie.

    En riposte au retrait unilatéral des États-Unis de ce pacte en mai 2018 et au rétablissement de lourdes sanctions américaines la privant des bénéfices économiques escomptés, la République islamique a commencé en mai 2019 à revenir sur certains de ses engagements.

    Elle produit ainsi de l'uranium enrichi à un taux supérieur à la limite de 3,67% prévue par l'accord de 2015 et ne respecte plus la limite de 300 kilos imposée à ses stocks d'uranium faiblement enrichi.

    Tags:
    ayatollah Ali Khamenei, sanctions, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik