International
URL courte
401236
S'abonner

Prié de s’exprimer sur la déclaration de Macron quant à la «mort cérébrale» de l’Otan, le Kremlin a expliqué que les responsables russes n’étaient pas «des médecins légistes» pour décider quelles parties du «corps [de l’Otan étaient] en état comateux», Moscou ayant toujours vu l’Alliance comme «un instrument de confrontation, voire d’agression».

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a commenté la déclaration d’Emmanuel Macron qui a affirmé, dans une interview à The Economist publiée jeudi 7 novembre, que l’Otan était en état de «mort cérébrale».

«Si l’Otan est morte ou vivante et quelles sont les parties de son corps en état comateux, ce n’est pas à nous de le décider, nous ne sommes pas des médecins légistes», a souligné Dmitri Peskov.

Dans ce contexte, il a rappelé que l’Otan avait été initialement mise en place comme un instrument de confrontation.

«Disons que l’Alliance a été étudiée pour des objectifs de confrontation. Par conséquent, nous n’avons jamais été enclins à exagérer son rôle dans la garantie de la sécurité globale et européenne, de la stabilité, puisque c’est un instrument de confrontation, d’affrontement, voire d’agression. Telle est notre attitude envers l’Otan», a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a fait remarquer pour sa part que si le Président de la République «sentait que ce diagnostic était manifeste, il avait pleinement le droit de l’énoncer».

«Un énorme problème pour l’Otan»

Dans son interview à The Economist, Emmanuel Macron, qui avait précédemment prôné la création d’une armée européenne, a affirmé que l’Otan était en état de «mort cérébrale», justifiant sa déclaration par le désengagement américain vis-à-vis de ses alliés de l'Otan et du comportement de la Turquie, membre de l'Alliance. Selon lui, «ce qu’il s'est passé est un énorme problème pour l'Otan».

Il faut «clarifier maintenant quelles sont les finalités stratégiques de l'Otan», a-t-il souligné.

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Tags:
Turquie, Sergueï Lavrov, The Economist, Moscou, OTAN, Kremlin, Dmitri Peskov, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook