Ecoutez Radio Sputnik
    Vestiges du mur de Berlin à l'ancien poste-frontière de la Bornholmer Strasse

    Le garde-frontière de la RDA qui a assuré le passage du Mur de Berlin «sans effusion de sang» témoigne

    © REUTERS / FABRIZIO BENSCH
    International
    URL courte
    393
    S'abonner

    Il y a 30 ans, après l’annonce ambiguë de l’ouverture de la frontière de Berlin-Est vers l’Ouest, faite par un haut responsable du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED), les gardes-frontière de la RDA n’avaient pas d’autre choix que d’ouvrir un point de passage. Sputnik s’est entretenu avec Harald Jäger qui en avait la charge à l’époque.

    Le 9 novembre 1989, Günter Schabowski, secrétaire à l’Information du Comité central du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED), a annoncé à la télévision qu’il était prévu d’autoriser désormais les Allemands de l’Est souhaitant se rendre en RFA à le faire librement par les postes-frontières de la RDA.

    Harald Jäger, ancien lieutenant-colonel de la Stasi, a raconté à Sputnik qu’à l’époque il était chargé de contrôler la frontière intérieure allemande au point de passage de la Bornholmer Strasse. Après l’annonce faite par Günter Schabowski, l’officier a appelé ses supérieurs qui ne lui ont toutefois donné aucun ordre précis. Aussi, sans ordre, ni consigne mais sous la pression de la foule, a-t-il ordonné de lever la barrière.

    Oberstleutnant a.D. Harald Jäger heute, beim Gespräch mit Sputnik
    © Sputnik . Tilo Gräser
    Harald Jäger

    Aujourd’hui, sa réaction aurait été la même

    Connu pour avoir ouvert le passage à travers le Mur de Berlin, Harald Jäger a avoué à l’agence qu’il aurait fait la même chose aujourd’hui dans une situation pareille.

    Harald Jäger était entré à la police frontalière en 1961, peu avant la construction du Mur de Berlin et la fermeture de la frontière entre la RDA et l’Ouest. Il se souvient encore bien des temps des frontières ouvertes avec tous les problèmes, dont la contrebande et la migration pendulaire. Il s’est même félicité pendant un certain temps de la fermeture de la frontière, qui avait mis fin à la contrebande.

    © REUTERS / Fabrizio Bensch

    Quoi qu’il en soit, le régime à la frontière ne cessait de se durcir, ce qui commençait à préoccuper sérieusement le lieutenant-colonel. Il ne voulait même pas croire aux dispositifs de tir automoteurs, ni aux champs de mines à la frontière.

    «Il n’y a pas de moyen plus perfide pour faire du mal à l’humain ou même pour le tuer», a déclaré l’Allemand.

    Et d’expliquer qu’il s’agissait en fait de rejeter la responsabilité de l’homme sur un tel dispositif.

    Dès le départ, Harald Jäger était confiant en la solidité de la RDA. Néanmoins, les restrictions ne cessaient de se multiplier, y compris en matière de liberté de circulation qui était déjà très encadrée.

    «Tout était limité, alors qu’on ne cessait de parler de la victoire du socialisme et de l’élargissement de la démocratie», s’est souvenu l’interlocuteur de Sputnik, évoquant les contradictions flagrantes de la vie quotidienne en RDA.

    «Des changements s’imposent»

    «Des changements s’imposent», pensait-il à l’époque, alors que la corruption était omniprésente et «dépassait toute mesure».

    C’est le 9 novembre 1989, alors que Harald Jäger mangeait un sandwich dans la salle de pause du poste-frontière de la Bornholmer Strasse, que Günter Schabowski, membre du Politburo du Comité central du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED), a annoncé à la télévision, que désormais les citoyens de RDA pouvaient se rendre «immédiatement» et «sans délai» à l'Ouest pour un temps ou pour toujours.

    Mit diesem Mauer-Fragment wurde Harald Jäger 2014 als „Held des Friedens“ ausgezeichnet
    © Sputnik . Tilo Gräser
    Fragment du Mur de Berlin décerné à Harald Jäger, garde-frontière de la RDA qui a permis le passage du Mur de Berlin sans effusion de sang

    Harald Jäger, âgé aujourd’hui de 76 ans, a alors supposé que son chef aurait tout simplement oublié de lui passer les consignes à suivre dans le cadre de l’annonce télévisée de Günter Schabowski, mais il n’en était rien en réalité. Selon lui, la direction politique et militaire de la RDA de l’époque était bel et bien impuissante.

    Il a appelé à nouveau ses supérieurs ainsi que d'autres collègues surveillant d'autres postes-frontière. Il était censé repousser la foule et ne faire passer que les gens qui criaient très fort, alors que la force ne devait désormais plus être utilisée.

    «Camarade Jäger, vous ferez maintenant ce qui suit: vous devez séparer de la foule ces citoyens de la RDA qui se comportent de façon provocatrice et vous leur permettrez de passer la frontière à Berlin-Ouest. […] Ne leur permettez surtout pas de revenir», a indiqué le colonel Ziegenhorn.

    Entretemps, la foule devant le point de passage devenait de plus en plus dense. Finalement, Harald Jäger a décidé de donner l'ordre d'ouvrir le passage à 23h30.

    «Je n’ai pas ouvert le passage à travers le Mur. J’ai tout simplement fait de mon mieux pour que tout se passe dans le calme et sans effusion de sang. Ce sont mon mérite à moi et celui de mes collègues de l’époque. […] Et j’en suis fier», a conclu l’interlocuteur de Sputnik.

    Le texte est basé sur l’entretien réalisé par Tilo Gräser

    Tags:
    mur de Berlin, Berlin, RDA, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik