International
URL courte
8621
S'abonner

Décidé par Donald Trump, le retrait unilatéral des États-Unis de l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien n’a fait qu’aggraver les problèmes dans la région au lieu de les résoudre, a déclaré à Sputnik l'ancien secrétaire américain à l'Énergie, Ernest Moniz.

La sortie unilatérale des États-Unis de l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien qui s’est accompagnée du rétablissement des sanctions américaines contre l'Iran a aggravé la situation dans la région, a déclaré à Sputnik, en marge de la Conférence de Moscou sur la non-prolifération des armes nucléaires, l'ancien secrétaire américain à l'Énergie, Ernest Moniz, qui avait joué un rôle important lors des négociations sur la signature dudit accord.

«C’est une erreur stratégique [le retrait en 2018 de Donald Trump de l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien, ndlr]. Cet accord travaillait et servait de base pour résoudre d’autres problèmes que nous observons dans le comportement de l’Iran dans la région. Et comme nous le voyons à présent, l’approche sous le nom de "pressions" n’a pas fait baisser les tensions régionales. À mon avis, la situation dans la région n’a fait qu’empirer. Et cela est une conséquence directe de l’approche qui a été appliquée», a résumé M.Moniz qui est aussi le directeur exécutif et coprésident du Conseil des directeurs de la fondation Initiative contre la menace nucléaire (NTI).

Le 8 mai 2018, le Président américain Donald Trump sort unilatéralement son pays de l'accord de Vienne, conclu sous son prédécesseur, Barack Obama.

Washington réactive à partir d'août 2018 les sanctions qui avaient été levées en vertu de l'accord. Celles-ci sont régulièrement étendues et durcies pour contraindre Téhéran à négocier un nouveau texte qui, selon Washington, offrirait de «meilleures garanties».

En réponse, le 8 mai 2019, l'Iran annonce qu'il commence à réduire progressivement ses engagements pris à Vienne pour contraindre Européens, Chinois et Russes à respecter leurs promesses d'aider Téhéran à contourner les sanctions américaines.

Lire aussi:

Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
Attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois victimes dont deux égorgées
Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Tags:
sanctions contre l'Iran, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook