International
URL courte
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)
11722
S'abonner

Après son atterrissage à l’aéroport de Mexico, le Président démissionnaire Evo Morales a déclaré que l’asile dans ce pays lui avait sauvé la vie. Il a également accusé ses rivaux politiques d’avoir essayé de soudoyer ses propres services de sécurité en leur proposant 50 millions de dollars.

Le Président bolivien démissionnaire Evo Morales a remercié le Mexique de lui avoir accordé l’asile et a assuré que cela lui avait «sauvé la vie».

Arrivé deux jours après son départ du pouvoir à Mexico, celui qui a passé près de 14 ans à la tête de la Bolivie a été accueilli par le ministre mexicain des Affaires étrangères.

Commentant les événements de ces derniers jours, il a lancé: «J'ai renoncé pour éviter plus de violence».

Tentative de soudoyer

Et d’expliquer que ses rivaux avaient tenté de soudoyer ses propres services de sécurité et leur avaient proposé 50 millions de dollars pour qu’ils leur livrent Morales.

«Le samedi 9 novembre, quand je suis arrivé à Cochabamba, l’un des hommes des services de sécurité des forces armées m’a montré des messages où certaines personnes lui ont proposé de m’échanger pour 50 millions de dollars», a raconté l’ex-Président bolivien, se trouvant déjà au Mexique ce mardi 12 novembre.

Qui plus est, après être arrivé au Mexique, Evo Morales a confié qu’il ne souhaitait pas céder.

«La lutte continue. Tous les peuples ont le droit de se libérer», a lancé M.Morales en affirmant qu'il ne cesserait pas de «faire de la politique», a-t-il affirmé, cité par l’AFP.

Départ de Morales

Les protestations en Bolivie ont débuté le 20 octobre et ce, après la publication des résultats de la présidentielle. Selon les données du Tribunal électoral suprême, c’est M.Morales qui a remporté le scrutin dès le premier tour. Toutefois, son principal rival Carlos Mesa a refusé d'en reconnaître les résultats.

Après que l’Organisation des États américains (OEA) a publié un rapport constatant que des fraudes avaient été commises lors de la dernière présidentielle en Bolivie, le Président de ce pays latino-américain a annoncé la convocation des électeurs pour un nouveau scrutin.

Mais après que l’armée et la police ont sommé Morales de quitter le pouvoir, lui et son vice-Président, Alvaro Garcia Linera, ont annoncé le 10 novembre leur démission.

Le chef de la diplomatie mexicaine a déclaré le 11 novembre que son pays accordait l’asile à Morales, expliquant que Mexico estimait que la vie et l’intégrité de l’homme politique étaient en danger.

Dossier:
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Darmanin prédit des «décisions difficiles» pour lutter contre l'épidémie de Covid-19
Tags:
Mexique, politique, Evo Morales
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook