International
URL courte
412962
S'abonner

Donald Trump a fait état de sa déception ainsi que de celle de son homologue turc à la suite des déclarations qu’Emmanuel Macron a fait sur l’Otan, jugeant l’organisation en état de mort cérébrale.

À un mois du sommet des 70 ans de l’Otan, les propos qu’Emmanuel Macron a tenus à The Economist ont provoqué une onde de choc. Mercredi 13 novembre, ils se sont trouvés sous le feu des critiques de Donald Trump.

Lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la visite de Recep Tayyip Erdogan à la Maison-Blanche, le Président américain a commenté les propos de M.Macron sur la «mort cérébrale» de l’Alliance. 

«Je pense que je peux le dire parce que d’autres personnes sont au courant, et d’autres personnes pensent la même chose, qu'elles ont été très déçues et qu'il [M.Erdogan, ndlr] a été très déçu par les déclarations de la France sur les engagements vis-à-vis de l'Otan», a déclaré Donald Trump.

«Je pense que cela a beaucoup irrité le Président [M.Erdogan, ndlr] et je ne pense pas qu'il en a été très content et d'autres personnes pensent la même chose», a-t-il noté, sans plus de précision.

L’interview qui a fait réagir

Emmanuel Macron a évoqué «la mort cérébrale» de l’Alliance atlantique dans un entretien avec l'hebdomadaire The Economist publié le 7 novembre. Il a justifié ses propos par le désengagement américain vis-à-vis de ses alliés de l'Otan et le comportement de la Turquie.

Ces propos ont provoqué une vague de critiques. Recep Tayyip Erdogan les a qualifiés d'«inacceptables». Le Président autrichien a en revanche confirmé le diagnostic fait par son homologue français.

La ministre française des Armées, Florence Parly, a expliqué que ces paroles signifiaient que «nul ne peut ignorer la crise que traverse l'organisation».

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
Emmanuel Macron, Turquie, Donald Trump, OTAN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook