Ecoutez Radio Sputnik
    Des déchets, image d'illustration

    Les déchets envoyés en Malaisie par une entreprise française lui coûtent cher

    © Sputnik . Maxime Blinov
    International
    URL courte
    10510
    S'abonner

    La guerre contre les envois de déchets bat son plein. Pour la première fois en France, une entreprise a écopé d’une lourde amende, 192.000 euros, pour avoir envoyé illégalement vingt conteneurs de déchets plastiques en Malaisie, qui avait auparavant annoncé des mesures.

    En mai, la Malaisie a promis de renvoyer des centaines de tonnes de déchets plastiques. Six mois plus tard, l’État français a infligé pour la première fois une amende, d’un montant de 192.000 euros, à une société française de trading qui avait envoyé illégalement une vingtaine de conteneurs dans ce pays.

    «Ce doit être un signal fort» aux entreprises françaises, selon l’entourage de Brune Poirson, interrogé par Le Parisien.

    L’Asie se mobilise contre les déchets illégaux

    Cette année, plusieurs pays du sud-est de l’Asie ont déclaré la guerre aux pays occidentaux qui leur envoyaient des déchets, ne voulant plus être les «poubelles du monde». L’Indonésie a renvoyé fin juillet vers la France et Hong Kong des conteneurs de déchets illégalement importés.

    La France n'est pas le seul pays visé. Après un échange musclé avec le Canada, Manille a renvoyé fin mai des tonnes de matériaux reçus il y a plusieurs années. Mi-juin, Jakarta a renvoyé cinq conteneurs de déchets aux États-Unis.

    Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), environ 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année, dont une grande partie finit dans des décharges ou dans les mers.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Tags:
    entreprise, France, Malaisie, déchets plastiques, déchets
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik