Ecoutez Radio Sputnik
    Официальный представитель министерства иностранных дел России Мария Захарова во время брифинга в Москве.

    Tensions US-Égypte sur fond d’achat des Su-35: Washington tente de faire d’une pierre deux coups, selon Moscou

    © Sputnik . Grigory Sysoev
    International
    URL courte
    17977
    S'abonner

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a réagi à la mise en garde des États-Unis envers les autorités égyptiennes contre l’acquisition de chasseurs russes Su-35. La lettre américaine avait été révélée par le Wall Street Journal le 14 novembre.

    Maria Zakharova, la porte-parole de la diplomatie russe, a évoqué lors d’une conférence de presse, jeudi 21 novembre, les menaces de sanctions américaines envers l’Égypte si ce pays achetait des chasseurs russes Su-35, y distinguant les tentatives de Washington d’entraver tout développement des relations entre Moscou et les autres pays.

    «Voilà un nouvel exemple de comportement agressif. Malheureusement, c’est le style actuel de Washington», a-t-elle déclaré. «Nous voyons ce phénomène comme une preuve que les États-Unis luttent pour empêcher le développement de liens entre la Russie et d’autres États», a souligné la porte-parole.

    Selon Maria Zakharova, l’accord sur les Su-35 concerne la coopération militaro-technique.

    «Comme nous le comprenons, l’idée derrière ce comportement de Washington est de tenter de faire d’une pierre deux coups: d’une part, nuire à la Russie et perturber ces accords, d’autre part imposer les armes américaines aux acheteurs étrangers», a-t-elle conclu.

    Menace de sanctions US

    Le 14 novembre, un article du Wall Street Journal avait mis en lumière une lettre d’avertissement du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, et de son collègue à la Défense, Mark Esper, dans laquelle ils exhortaient les autorités égyptiennes à renoncer à l’acquisition des chasseurs russes Su-35, sous peine de sanctions.

    Les menaces contre Le Caire ne sont pas un cas unique. Washington avait auparavant mis en garde Ankara pour l’acquisition de systèmes de défense russes S-400, mais la Turquie n’avait pas cédé et a fini par signer le contrat, ce qui a engendré son éviction du programme américain des F-35. Le problème a été à nouveau discuté par Trump et Erdogan lors du déplacement de ce dernier à la Maison Blanche, le 13 novembre.

    Lire aussi:

    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Qui est Abdelmadjid Tebboune, le nouveau Président de l’Algérie?
    Un homme menaçant la police avec une arme blanche «neutralisé» à la Défense
    Tags:
    sanctions contre la Turquie, S-400, menaces, ministère russe des Affaires étrangères, Su-35, Egypte, États-Unis, tensions
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik