International
URL courte
Par
162521
S'abonner

L’arrestation récente d’un haut gradé de Daech en Ukraine a mis la lumière sur le fait que de nombreux djihadistes, parmi les plus dangereux de l’État islamique, trouveraient refuge dans ce pays. The Independent a mené une enquête à ce propos qui fait froid dans le dos, d’autant que Kiev n’est qu’à trois heures de vol de Paris.

La CIA et le SBU (renseignements ukrainiens) ont arrêté le 15 novembre dernier, dans la capitale ukrainienne, Al Bara Shishani. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais dans la djihadosphère, c’est une figure de référence. En effet, il était l’adjoint d’«Omar le Tchétchène», l’un des commandants les plus hauts gradés de Daech*, qui a combattu en Syrie. Originaire des montagnes caucasiennes du nord de la Géorgie, son arrestation a été une surprise pour beaucoup, qui le pensaient mort suite à une frappe de la coalition.

Jusque-là rien d’extraordinaire, mais ce qui s’avère plus inquiétant, c’est que d’après une enquête menée par le quotidien britannique The Independent, l’Ukraine serait devenue un sanctuaire pour les anciens combattants du califat, notamment les russophones. Une situation extrêmement préoccupante, car cela voudrait dire qu’aux portes de l’Union européenne, des centaines de djihadistes vivraient paisiblement.

Les services de sécurité ukrainiens on indiqué qu’Al Bara Shishani se trouvait en Ukraine depuis près de deux ans et qu’il avait obtenu un faux passeport lui permettant de se rendre de Syrie en Ukraine en passant par la Turquie. Selon Vera Mironova, experte des cellules djihadistes et consultante à l’université de Harvard, des «centaines de djihadistes» du califat auraient trouvé refuge en Ukraine.

Comment expliquer une telle convergence de djihadistes vers ce pays? Plusieurs éléments entrent en compte: le pays est en proie à une instabilité politique continue depuis 2013, il y a, à tous les niveaux, une corruption galopante et les services de sécurité ne sont pas des plus efficaces. Cerise sur le gâteau pour les djihadistes issues de la région du Caucase, ils peuvent profiter d’une proximité linguistique, pour peu qu’ils aient une maîtrise élémentaire du Russe. L’addition de ces éléments fait que l’Ukraine est une destination de choix pour le crime organisé, mais aussi pour les individus de la nébuleuse djihadiste.

«L’arrestation de l’un des hauts gradés de Daech à Kiev même, sous notre nez, suggère bien que de nombreux individus, parmi les plus dangereux de ce monde, pensent que l’Ukraine peut être un sanctuaire pour eux. La corruption dans tous les corps de l’État –la police, les tribunaux, les procureurs– ouvre la porte à toutes formes d’abus», explique Katerina Sergatskova, journaliste basé à Kiev ayant enquêté longtemps sur le cas d’Al Bara Shishani.

Le plus inquiétant est sans doute le profil de ces djihadistes qui ont trouvé refuge en Europe. Pour The Independent, Vera Mironova expliquait que ce sont les djihadistes les plus redoutables qui s’y trouvent, car le voyage est beaucoup plus risqué que celui jusqu’à la Turquie:

«Les djihadistes qui se trouvent en Ukraine ne s’y trouvent pas par hasard. Les plus lents s’arrêtent au moment où ils arrivent en Turquie. Après tout, c’est une opération de plusieurs étapes de se rendre en Ukraine. Et ceux qui s’y rendent sont les plus dangereux», explique l’experte du djihadisme.

 Une image embarrassante pour les services de sécurité ukrainiens dont ils essayent tant bien que mal de se débarrasser. Interrogé par le quotidien britannique dans le cadre de son enquête, le SBU a indiqué que les considérer comme laxistes face à cette situation est «un jugement fondamentalement incorrect». Une réponse à prendre avec des pincettes tout de même, car, comme l’explique Vera Mironova:

«Je connais plein de djihadistes ici qui vivent une vie normale. Ils sont chauffeurs Uber par exemple...»

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Des chasseurs vénézuéliens Su-30 et F-16 escortent le 2e tanker iranien - vidéo
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Le pétrole iranien au Venezuela: les dessous d’une manœuvre stratégique «face à un même adversaire»
Tags:
Daech, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook