Ecoutez Radio Sputnik
    Un magasin de vêtements

    Un pull retiré de la vente à cause de ce symbole polémique - image

    CC BY 2.0 / Free-Photos
    International
    URL courte
    438103
    S'abonner

    La chaîne de magasins néerlandaise HEMA a retiré de la vente un pull qui a fait polémique en raison d’un symbole utilisé par les nazis, la rune d’Odal.

    Un signe controversé a été remarqué, ce qui a poussé la marque de vêtements néerlandaise HEMA à retirer un pull de la vente, rapporte 7sur7.

    Il s’agit de la rune d’Odal, visible au centre du pull. C’est le 24è symbole de l’alphabet runique scandinave «Futhark», lequel signifie «famille», «prospérité» et «héritage».

    Toutefois, il avait été détourné par les nazis. D’après le média, les jeunesses hitlériennes et certaines divisions SS s’en étaient inspirées pour créer leur symbole. Cette rune correspond aussi à celle d’un parti néonazi aux Pays-Bas, la Nederlandse Volks-Unie (NVU).

    Après la polémique soulevée, HEMA a déclaré n’avoir jamais voulu porter atteinte à la sensibilité de ses clients et a annoncé le retrait du vêtement.

    En outre, la chaîne n’a pas souhaité s’étaler sur les stocks de pulls encore en sa possession.

    «Il existe différents critères d’achat, dont les plus importants sont la qualité, le design, la durabilité et le prix. Bien sûr, notre intention n’a jamais été d’avoir des produits offensants dans nos magasins», a expliqué Frederike van Urk, responsable communication de HEMA. «Nous avons retiré les produits de la vente. Mais au moment des achats, nos clients ne considéraient pas les vêtements en question comme offensants.»

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Tags:
    nazisme, nazis, vêtements de marque, vêtements, magasin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik