Ecoutez Radio Sputnik
    Navire de croisière (image d'illustration)

    Un virus hautement contagieux s’invite sur un bateau de croisière avec plus de 2.000 personnes à bord

    © CC0 / tuomi
    International
    URL courte
    6227
    S'abonner

    Une épidémie à norovirus présumée, une forme de gastro-entérite, a été signalée chez des passagers à bord du bateau de croisière Norwegian Joy qui se dirigeait depuis Miami vers Los Angeles, en passant par le canal de Panama, relate The Mirror. Des centaines d’entre eux en auraient été victimes, selon des voyageurs.

    Plusieurs touristes qui voyageaient à bord du navire de croisière Norwegian Joy auraient été affectés par une épidémie de gastro-entérite à norovirus, écrit The Mirror.

    Comme l’a raconté au tabloïd britannique un passager, sa femme et lui ont souffert de diarrhées et de vomissements et ont été contraints de rester dans leur cabine pendant trois jours sur les 17 jours de leur voyage.

    «Gravement malades»

    Selon les voyageurs, la situation était «un désordre absolu» car des centaines de personnes épuisées et en colère ont débarqué à Los Angeles pour passer des heures dans la file d’attente à l’immigration, écrit The Mirror.

    Parmi les voyageurs, certains affirment que ces passagers «gravement malades» étaient des «centaines». Pourtant, seules six personnes ont été soignées pour des symptômes pseudo-grippaux, a indiqué le service d’incendie de Los Angeles cité par Fox Business.

    La croisière avait quitté Miami et se dirigeait vers Los Angeles en passant par le canal de Panama. Au total, entre 2.000 et 3.000 passagers se trouvaient à bord du bateau, précise The Mirror.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Tags:
    virus, bateau de croisière, Los Angeles
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik