Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires français de la force Barkhane, image d'illustration

    Treize militaires français tués au Mali: ce que l’on sait de l’accident de deux hélicoptères

    © AFP 2019 DAPHNE BENOIT
    International
    URL courte
    15270109
    S'abonner

    Deux hélicoptères transportant des militaires français sont entrés en collision lundi 25 novembre lors d'une opération de combat contre des djihadistes au Mali, a annoncé l’Élysée.

    Treize militaires français de la force Barkhane sont morts lundi 25 novembre dans une collision accidentelle de deux hélicoptères lors d'une opération de combat contre des djihadistes, a annoncé l’Élysée. L'accident a eu lieu dans la région du Liptako, une zone étendue entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

    Emmanuel Macron a salué «avec le plus grand respect la mémoire de ces militaires de l'Armée de terre, six officiers, six sous-officiers, et un caporal-chef, tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel», a indiqué la présidence dans un communiqué.

    Ces soldats de l'opération Barkhane appartenaient à l'Armée de terre. Il s'agissait de six officiers, six sous-officiers et d'un caporal-chef, précise la présidence. Selon Franceinfo, l'une des victimes, le lieutenant Pierre Bockel du 5e régiment d'hélicoptères de combat de Pau, est le fils du sénateur centriste Jean-Marie Bockel.

    «Courage indéfectible»

    L’annonce de la mort des militaires a entraîné une vive réaction dans les milieux politiques. Dans un tweet, Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône, a salué le «courage indéfectible» des soldats. François Hollande a adressé ses «plus affectueuses pensées» aux proches et aux compagnons d’armes des militaires.

    ​Emmanuel Macron a dit «s'incliner devant la douleur» de leur camarades, saluant des «héros qui n’avaient qu’un seul but», «nous protéger». Alexis Corbière, député La France insoumise (LFI), a exprimé ses «reconnaissance et tristesse infinies» aux «héros» morts pour la patrie.

    Le drame a fait réagir Nicolas Sarkozy qui a appelé à l'unité «pour témoigner admiration et gratitude à ces hommes d'exception qui ont sacrifié leur vie pour la France».

    ​Sur Twitter également, Stanislas Guerini, délégué général de LREM, a évoqué un «drame absolu qui nous bouleverse tous». «La France entière pleure avec eux la mémoire de ces héros», a-t-il écrit.

    ​Dans un communiqué, le ministère des Armées a présenté ses condoléances aux familles, proches et frères d’armes des militaires décédés.

    L'un des plus lourds bilans essuyés par l'armée française

    L'accident est survenu lundi soir dans le cadre de l'opération Barkhane, qui mobilise 4.500 militaires au Sahel. Le bilan humain est l'un des plus lourds essuyés par l'armée française depuis l'attentat du Drakkar, à Beyrouth, en 1983.

    Un hélicoptère de combat Tigre est entré en collision avec un hélicoptère de manœuvre et d'assaut Cougar, selon des sources de la Défense.

    Emmanuel Macron «s'incline devant la douleur de leurs familles et de leurs proches et leur adresse ses plus sincères condoléances, en les assurant de l'indéfectible solidarité de la Nation», précise l'Élysée.

    Le Président «exprime son soutien le plus total à leurs camarades de l'Armée de terre et des armées françaises. Il tient à saluer le courage des militaires français engagés au Sahel et leur détermination à poursuivre leur mission. Il les assure de son entière confiance», conclut le texte.

    38 Français tués au Mali depuis le début de l'intervention

    Cet accident porte à 38 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l'intervention française dans ce pays du Sahel en 2013, avec l'opération Serval.

    La dernière perte infligée aux troupes françaises a eu lieu début novembre 2018, lorsque le brigadier Ronan Pointeau, 24 ans, a été tué dans l'explosion d'un engin explosif.

    Le dernier accident mortel d'hélicoptères dans l'armée remonte à février 2018, lorsque deux hélicoptères d'une école de l'Armée de terre s'étaient écrasés dans le Var, à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Tropez, après une collision en vol, faisant cinq morts.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Tags:
    opération Barkhane, militaires, Français, France, Mali
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik