Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    La fusion entre Peugeot et Fiat pourrait être bloquée par Donald Trump

    © AP Photo / Evan Vucci
    International
    URL courte
    81236
    S'abonner

    La fusion Peugeot-Fiat pourrait ne pas être validée par les autorités américaines. En cause, la présence de l’actionnaire chinois Dongfeng au conseil d’administration du nouveau groupe, dans un contexte de guerre commerciale sino-américaine.

    Alors qu’ils ont annoncé le 31 octobre leur intention de fusionner, les groupes PSA (Peugeot-Citroën) et FCA (Fiat Chrysler Automobiles) font déjà face à un obstacle majeur. Fiat-Chrysler étant une société italo-américaine, la fusion nécessite le feu vert des États-Unis. Mais la présence du constructeur automobile chinois Dongfeng, qui détiendra 6,1% du groupe PSA-FCA, est devenue la pomme de discorde. L’opération sera donc soumise à la validation par Donald Trump, a révélé BFM TV.

    C’est plus précisément la présence de Dongfeng au conseil d’administration du nouveau groupe qui pourrait engendrer un véto américain, sur fond de tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. «Elles [les autorités américaines, ndlr] ne veulent pas que Dongfeng ait accès à de l’information sensible concernant le marché américain en étant au conseil d’administration», a indiqué à BFM TV une source proche du dossier. Selon plusieurs sources du média français, l’actionnaire chinois serait prêt à renoncer à siéger au conseil, mais pas sans contreparties.

    Vers une fin du partenariat?

    Dongfeng détient actuellement 6,3% du groupe PSA et contribue à 12,2% de son capital. En 2013, ils ont notamment injecté 800 millions d’euros pour sauver le constructeur français, rappelle BFM TV. Malgré un partenariat de près de 30 ans, il serait question d’y mettre fin, selon la chaîne. La coentreprise Peugeot-Dongfeng n’a pas atteint ses objectifs, avec seulement 250.000 véhicules vendus contre un million prévus.

    Une plainte américaine perturbe également la fusion

    Le 20 novembre, General Motors (GM) a porté plainte contre FCA. Le constructeur automobile américain les accuse d’avoir corrompu des membres du syndicat United Auto Workers (UAW) pour influencer les négociations salariales au détriment de GM. FCA a jugé «sans fondement» la plainte pour corruption déposée par GM, d’après un communiqué cité par Reuters.

    Selon L’Est républicain, il s’agit d’une énième tentative des américains qui tentent via leur système judiciaire de perturber le cours des évènements et mettre à mal leurs concurrents. En effet, le Foreign Corrupt Practices Act de 1977, par son caractère extraterritorial, permet d’attaquer en justice toute entreprise ayant une filiale ou des employés sur le sol américain.

    Malgré cette plainte, Peugeot et Fiat ont réaffirmé leur volonté de parvenir à un accord d’ici la fin de l’année, rapporte Reuters.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    Dongfeng, Donald Trump, Chrysler, Fiat, PSA Peugeot Citroën, Peugeot, fusion
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik