Ecoutez Radio Sputnik
    Soukhoumi, image d'illustration

    Chef de la diplomatie abkhaze: «Notre reconnaissance par la famille européenne est une question de temps»

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    0 172
    S'abonner

    Dans un entretien exclusif à Sputnik, Daur Kove, ministre abkhaze des Affaires étrangères, aborde la question des perspectives de la reconnaissance de son pays par les États européens et livre sa vision de l’avenir des relations avec la Géorgie.

    Après que la Russie a reconnu en 2008 l’indépendance de l’Abkhazie par rapport à la Géorgie, six autres États ont suivi cet exemple. Pourtant, ce pays, situé à la frontière entre l’Asie et l’Europe, n’a toujours pas été reconnu par les pays de l’UE.

    Abordant cette question dans une interview au correspondant de Sputnik, Daur Kove, qui occupe depuis 2016 le poste de chef de la diplomatie abkhaze, a souligné qu’il était important pour Soukhoumi de porter à la connaissance des pays européens l’histoire de ce pays et de fonder des relations tous azimuts.

    «Un exemple assez récent – lorsque les États-Unis ont reconnu l’indépendance du Kosovo, la plupart des pays européens ont suivi l’exemple et fait preuve de solidarité. […] Une solution pour le Kosovo a été trouvée», explique-t-il.

    Rappelant l’emplacement géographique de ce pays du Caucase, il a lancé: «Que cela plaise ou non, […] nous faisons partie de la famille européenne et notre acceptation et reconnaissance par la famille européenne est une question de temps».

    Ministre abkhaze des Affaires étrangères, Daur Kove
    © Sputnik . Tomas Tkhaitsuk
    Daur Kove

    Avenir des relations Abkhazie-Géorgie

    Interrogé sur l’avenir des relations avec la Géorgie, le ministre a répondu: «bon voisinage».

    «Nous sommes des pays limitrophes et il faut le réaliser et l’admettre objectivement. Il faut regarder vers l’avenir et créer des conditions pour que les générations futures vivent en paix. La seule prémisse à cela – le développement d’un dialogue interétatique à part entière», a-t-il fait noter.

    Indépendance de l’Abkhazie

    Accentué dès la fin des années 1980, le conflit entre l’Abkhazie et la Géorgie s’est transformé en confrontation armée en 1992, l’année où Soukhoumi a proclamé son indépendance. Si l’accord de cessez-le-feu signé en mai 1994 a formellement mis fin au conflit direct, il n’a pas réussi à concilier les deux parties.

    Après l’agression géorgienne contre Tskhinvali, en août 2008, la Russie a reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie vis-à-vis de Tbilissi. Moscou a expliqué que cette décision reflétait les réalités existantes et qu’il ne reviendrait pas dessus.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    Géorgie, reconnaissance, Union européenne (UE), Abkhazie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik