Ecoutez Radio Sputnik

    Un média chinois avertit contre une «puissance nucléaire cachée»

    © CC0 / Jason Goh
    International
    URL courte
    189334
    S'abonner

    La Russie et les États-Unis sont considérés comme les principales puissances nucléaires mondiales, mais le site chinois Sohu mentionne un pays qui a su développer en cachette un important potentiel nucléaire: le Japon.

    Une puissance nucléaire capable de fabriquer 6.000 bombes atomiques se trouve tout près de la Chine, mais ce n’est pas la Russie ni les États-Unis, indique le site chinois Sohu. Il s’agit du Japon, qui, sous prétexte de développement de centrales nucléaires civiles, a réussi à accumuler de grandes quantités de combustible sans que personne ne s’en aperçoive, selon le média.

    Le Japon compte parmi les dix premiers pays au monde d’un point de vue de potentiel de combat. Bien qu’il soit interdit d’y développer des armes nucléaires, il est le leader de l’utilisation de ce genre de technologies, soulignent les journalistes.

    Un potentiel caché

    Selon eux, le Japon, en cas de nécessité, pourra rapidement frapper son adversaire. Profitant du soutien des États-Unis, il s’est rapidement transformé en une puissance économique après la période de sanctions de l’après-guerre. Selon le site, le pays est plein d’ambitions et souhaite jouer un rôle plus actif sur la scène internationale, voire lancer un défi aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu.

    D’après le média, les 6.000 bombes que le Japon pourrait concevoir en cas de guerre suffiraient pour détruire un pays important. Ses voisins doivent faire preuve de prudence, avertissent les journalistes.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    «Les sanctions US contre le Nord Stream 2 frapperont la souveraineté de l'UE»
    Tags:
    nucléaire, armes nucléaires, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik