Ecoutez Radio Sputnik
    Logo d'Airbus

    Airbus licencie 16 employés suspectés d'espionnage sur des programmes militaires allemands

    © REUTERS / Regis Duvignau
    International
    URL courte
    4205
    S'abonner

    Une purge a eu lieu au sein de l’entreprise Airbus où 16 employés ont été démis de leurs fonctions sur des soupçons d'espionnage sur des programmes militaires allemands, indique la presse allemande.

    Le géant européen de l'aviation Airbus a licencié 16 employés dans le cadre d'une affaire qui avait incité l'Allemagne à ouvrir une enquête sur des soupçons d'espionnage industriel, selon les médias allemands. L'agence de presse dpa a déclaré qu'Airbus avait juste confirmé les licenciements, sans donner plus de détail.

    En septembre, des sources dans la compagnie avaient indiqué que les procureurs allemands enquêtaient sur des soupçons d'espionnage interne de la part d'employés d'Airbus sur deux projets d'armement avec les forces armées allemandes, annonce l’AFP.

    «Certains de nos employés avaient des documents qu'ils n'auraient pas dû avoir» , avait déclaré l'une d'elles.

    Les employés travaillent au sein du Programme Line Communications, Intelligence and Security (CIS), basé à Munich, qui s'occupe de la cybersécurité et des activités connexes.

    Airbus a déclaré qu'il procédait à un «examen interne continu avec le soutien d'un cabinet d'avocats extérieur» dans cette affaire.

    «Le groupe coopère pleinement avec les autorités compétentes pour résoudre cette affaire», a-t-il déclaré dans un communiqué.

    Selon les médias allemands, les employés concernés avaient obtenu des dossiers secrets de l'armée allemande concernant l'acquisition d'un système de communication, entre autres.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Tags:
    licenciement, cybersécurité, Airbus
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik