International
URL courte
2110
S'abonner

Tandis que les appels à la démission de Joseph Muscat se sont multipliés dans le contexte de l’affaire Daphne Caruana Galizia, «femme WikiLeaks» tuée dans l'explosion d’une voiture piégée, le Premier ministre a affirmé avoir pris la décision de quitter la tête du gouvernement.

Le chef du gouvernement maltais Joseph Muscat a annoncé sa démission sur la télévision nationale dans le contexte de l'enquête sur l'assassinat en 2017 de la journaliste d'investigation et blogueuse Daphne Caruana Galizia.

«Femme WikiLeaks» contre l'«île mafieuse»

Surnommée «femme WikiLeaks» par le média américain Politico, la journaliste chevronnée de 53 ans avait été tuée dans l'explosion de sa voiture piégée le 16 octobre 2017. Elle avait révélé certains des pans les plus sombres de la vie politique maltaise, s'en prenant au Premier ministre qu'elle accusait d'avoir fait de Malte une «île mafieuse». Les appels à sa démission ont été nombreux depuis lors.

Trois hommes devraient être jugés pour le meurtre. Il s'agit des frères Alfred et George Degiorgio, ainsi que de Vince Muscat (pas de lien direct avec le Premier ministre), arrêtés le 4 décembre 2017. Ces individus sont considérés comme de simples exécutants.

L'essentiel du travail d'enquête de Daphne Caruana Galizia s'appuyait sur la partie maltaise des Panama Papers. Des mails révélés par cette enquête journalistique ont notamment montré que des sociétés panaméennes appartenant au ministre de l'Énergie de l'époque (actuellement ministre du Tourisme) Konrad Mizzi et au chef de cabinet du Premier ministre, Keith Schembri, avaient reçu plusieurs milliers d'euros par jour de 17 Black, pour des services non précisés.

Lire aussi:

Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Cette escroquerie leur permet de voler près de 190.000 euros à Cdiscount
Tags:
démission, Joseph Muscat, Malte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook