International
URL courte
261102
S'abonner

La Serbie voudrait disposer de complexes antiaériens russes S-400, un système «parfait» selon son ambassadeur à Moscou Miroslav Lazanski. Cependant, le prix d’une telle acquisition semble constituer un obstacle.

Belgrade est intéressé par l’achat de systèmes de missiles russes S-400, mais ne peut pas se le permettre pour le moment, a déclaré l’ambassadeur serbe à Moscou Miroslav Lazanski, cité par les agences russes.

«La Serbie souhaite sans aucun doute se doter de systèmes antiaériens S-400, mais la question est de savoir si nous aurons les moyens nécessaires pour un tel achat, car le système S-400 est cher», a confié le diplomate.

«Quel pays ne voudrait pas disposer d’un système antiaérien aussi parfait que le S-400?», s’est-il demandé.

Le 4 décembre, le chef du Kremlin Vladimir Poutine doit s’entretenir avec son homologue serbe Aleksandar Vucic à Sotchi, au bord de la mer Noire.

Bref séjour de S-400 en Serbie

Des S-400 entrent en service opérationel (archive photo)
© Sputnik . Service de presse de la région militaire de la Baltique
En octobre 2019, un bataillon de systèmes S-400, ainsi qu’une batterie antiaérienne Pantsir-S, avaient été transférés à la Serbie dans le cadre d’exercices militaires conjoints russo-serbes.

Le S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres.

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Tags:
Pantsir-S, Vladimir Poutine, Aleksandar Vucic, Miroslav Lazanski, Russie, défense antiaérienne, S-400, Serbie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook