International
URL courte
22368
S'abonner

Les pays occidentaux ne souhaitent pas le rétablissement de la paix au Yémen car le conflit qui sévit dans le pays leur permet de vendre des armes, estime le Président iranien.

Ni les États-Unis ni les pays européens ne souhaitent en réalité que la paix soit rétablie au Yémen, a déclaré le Président iranien Hassan Rohani lors d’une rencontre avec le chef de la diplomatie omanaise Youssef ben Alaoui en visite à Téhéran.

«Malheureusement, malgré leurs déclarations, ni l’Europe ni les États-Unis ne sont intéressés par le rétablissement de la paix au Yémen, car la situation dans ce pays leur permet de vendre d’importantes quantités d’armes», juge M.Rohani.

Un drone américain (image d'illustration)
© AP Photo / Northrop Grumman via U.S. Navy, Erik Hildebrandt
Toujours selon lui, la guerre qui sévit au Yémen n’apporte «que meurtres et destructions» à son peuple, et met en danger l’intégrité territoriale du pays.

Guerre yéménite

Le conflit au Yémen qui oppose depuis 2015 les forces gouvernementales, soutenues par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, aux insurgés Houthis appuyés par l’Iran, a provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l’Onu.

D’après les évaluations de diverses organisations humanitaires, des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils, ont trouvé la mort dans les hostilités qui se poursuivent dans le pays.

En septembre, des experts de les Nations unies ont fait état de la «multitude de crimes de guerre» commis par les belligérants depuis le début du conflit.

Lire aussi:

Un avion de ligne s'écrase en Afghanistan avec plusieurs personnes à son bord
Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Tags:
Arabie Saoudite, Hassan Rohani, Oman, commerce d'armes, États-Unis, Europe, Iran, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik