International
URL courte
9459
S'abonner

Le pilonnage d’un club de sport dans le gouvernorat d’Alep a fait dix morts dont huit enfants, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie. Un groupe armé illégal a également tiré une roquette sur un immeuble, causant la mort d’un garçon et faisant trois blessés, a précisé le centre.

Un club de sport a été pilonné par des terroristes dans la ville de Tall Rifaat, située dans la province syrienne d’Alep. Lors des tirs, dix civils ont été tués, dont huit enfants. Le pilonnage a également fait 13 blessés, a déclaré Youri Borenkov, le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

L’établissement a été attaqué par des lances-roquettes de calibre 120 mm du côté sud-est du village de Djibrine.

«Lors des tirs, dix civils dont un homme, une femme et huit enfants sont morts, alors que 13 personnes de plus ont été blessées, dont sept enfants. Deux d'entre eux sont dans un état critique», a précisé le général-major Borenkov.

Des terroristes de Hayat Tahrir al-Cham* ont également tiré une roquette sur un bâtiment d’habitation dans le village d'El-Wadiha, au sud d’Alep. Un garçon de six ans est mort, tandis que sa mère et ses deux frères ont été blessés, a-t-il été précisé lors d’un briefing ce 4 décembre.

«Lors de l’explosion d’une roquette, le bâtiment a été démoli, un garçon de six ans est mort. Sa mère et ses deux frères ont été blessés», a fait savoir le général.

En 24 heures, des groupes armés illégaux ont pilonné 32 localités situées dans les gouvernorats d’Alep, de Lattaquié, d'Hama et d’Idlib, a-t-il souligné.

Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
L’homme et la femme les plus riches du monde sont Français, selon Forbes
Tags:
morts, pilonnage, terrorisme, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik