International
URL courte
17915
S'abonner

Angela Merkel est arrivée vendredi dans l'ancien camp nazi d'Auschwitz, symbole de l'Holocauste, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La visite de la chancelière à Auschwitz en Pologne, la première d'un chef du gouvernement allemand depuis 1995, intervient alors que l'antisémitisme resurgit en Europe et que la disparition des témoins complique la transmission de la mémoire.

A la veille de ce déplacement, le premier d'une dirigeante de gouvernement allemand depuis près d'un quart de siècle, Angela Merkel a annoncé l'octroi de 60 millions d'euros à la Fondation Auschwitz-Birkenau pour le maintien du site où furent assassinées quelque 1,1 million de personnes entre 1940 et 1945, dont une majorité dès leur arrivée dans le camp de concentration et d'extermination nazi situé dans la Pologne d'aujourd'hui.

La chancelière, née neuf ans après la Deuxième guerre mondiale, effectue cette visite peu avant les commémorations du 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz par l'Armée Rouge, le 27 janvier 1945.

Elle est notamment accompagnée de son homologue polonais, Mateusz Morawiecki, d'un survivant et de représentants de la communauté juive.

La chancelière, pour qui la Shoah est «une rupture dans la civilisation», doit s'exprimer en milieu de journée.

Synagogue de Halle attaquée

En Allemagne, qui a fait du souvenir de la Shoah le coeur de son identité d'après-guerre, les autorités s'inquiètent d'une hausse très nette des actes antisémites.

Jeudi, avant son déplacement, Mme Merkel a d'ailleurs réaffirmé que «la lutte contre l'antisémitisme et contre toute forme de haine» était l'une des priorités de son gouvernement. Elle a aussi insisté sur la «détermination» des autorités à voir une communauté juive, en plein essor, s'épanouir en Allemagne.

En octobre, un attentat finalement avorté contre une synagogue de Halle a suscité un choc dans le pays. Son auteur, qui a tué deux personnes au hasard, est un jeune adepte des thèses négationnistes.

Camp de concentration nazi Auschwitz

Le nom d'Auschwitz est devenu le synonyme du Mal absolu. Des Juifs de toute l'Europe, de la Hongrie à la Grèce, y ont été exterminés.

Des détenus, parmi lesquels des enfants, ont été soumis aux expérimentations effroyables du Docteur Josef Mengele, l'«ange de la mort». C'est également dans ce camp, qui comprenait quatre chambres à gaz et quatre crématoriums, qu'a été employé pour la première fois en 1941 le gaz Zyklon B.

Pour le président du Conseil central des Juifs d'Allemagne, Josef Schuster, qui accompagne Angela Merkel, «il n'y a aucun autre lieu de mémoire qui montre avec tant d'acuité ce qui s'est passé avec la Shoah».

«L'assassinat industrialisé de masse» continue 75 ans plus tard de faire «frissonner» le visiteur, ajoute M. Schuster auprès de l'AFP.

La visite a également lieu à l'heure où les derniers témoins, connus et moins connus, sont en train de disparaître.

Leon Schwarzbaum, 98 ans, et l'un des derniers témoins encore en vie, se souvient des «cheminées qui crachaient du feu - c'était les gens qu'on brûlait», et des «cris épouvantables» des victimes lors de la liquidation du camp des tsiganes en août 1944.

Angela Merkel ne sera que la troisième dirigeante de gouvernement allemand à se rendre à Auschwitz, après Helmut Schmidt en 1977 et Helmut Kohl en 1989 et 1995.

En 14 ans au pouvoir, la dirigeante a multiplié les gestes forts en se rendant à Ravensbrück, Dachau, Buchenwald, et au Mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem à Jérusalem.

Surtout, en 2008, elle fut la première cheffe de gouvernement allemand à prononcer un discours à la Knesset, le parlement israélien. Elle avait répété «la honte» qui entache les Allemands.

Depuis 23 ans, le 27 janvier est la Journée du souvenir des victimes du nazisme en Allemagne.

Lire aussi:

Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Déplacement de Macron à Versailles: des manifestants repoussés par les forces de l’ordre - vidéos
«J’ai le sida, tu vas crever»: avant d’être filmé au sol, ce manifestant aurait craché sur le policier qui l’a frappé
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Tags:
Pologne, Holocauste, Angela Merkel
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik