International
URL courte
2260
S'abonner

La 5e conférence Dialogue méditerranéen s’est ouverte à Rome vendredi 6 décembre, associant des représentants d’au moins 50 pays, dont le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Manlio Di Stefano, secrétaire d'État italien aux Affaires étrangères, a évoqué l’importance du forum dans un entretien exclusif accordé à Sputnik.

La région méditerranéenne a toujours été et reste un endroit où une coopération politique maximale est requise, a déclaré le secrétaire d'État italien aux Affaires étrangères, Manlio Di Stefano, dans un entretien accordé en exclusivité à Sputnik en marge des travaux de la 5e conférence du Dialogue méditerranéen qui se déroule les 6 et 7 décembre à Rome.

L’objectif n’est pas de résoudre tous les problèmes de la région

«Cette conférence ne s’assigne évidemment pas pour objectif de résoudre tous les problèmes de la région. Son principal objectif consiste à réunir des conditions pour qu’un dialogue qui associe des ministres, des chefs d’État et des industriels soit bien organisé et régulier», a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Et de relever que les questions de la migration, de l’énergie et des infrastructures avaient le plus besoin de contacts et du resserrement des liens entre différents pays.

«C’est la raison pour laquelle nous avons réservé une grande attention aux contacts bilatéraux de notre ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio», a poursuivi le diplomate.

Il souligne que l’entretien entre Luigi Di Maio et son homologue russe Sergueï Lavrov figure parmi les rencontres bilatérales clés lors de ce forum.

Intensifier la coopération sur la Libye et la Syrie

«Comme l’a souligné dans son allocution le ministre Di Maio, la Russie joue un rôle fondamental dans la région méditerranéenne, car elle revêt une grande importance dans des pays, tels que la Libye et la Syrie, qui sont affectés le plus par la crise. Nous voulons y stabiliser la situation, et ce serait aujourd’hui le thème essentiel des négociations entre Di Maio et Lavrov», a estimé l’Italien.

Selon le secrétaire d'État, tout comme l’Italie, la Russie exerce une influence directe sur ces pays.

«Aussi, est-il nécessaire d’y intensifier notre coopération. Et des rencontres bilatérales sur la Syrie et la Libye y tiennent une place de choix», a résumé l’interlocuteur de Sputnik.

Organisée par le ministère italien des Affaires étrangères et l’Institut pour les études de politique internationale (ISPI), la 5e édition de la conférence Dialogue méditerranéen se tient les 6 et 7 décembre 2019 à Rome. Les questions de la migration, de la sécurité, du changement climatique ainsi que celle des investissements dans les infrastructures numériques occuperont une large place dans ces discussions.

La conférence internationale Dialogue méditerranéen a été instituée en 2015. Sont présents à ces rencontres annuelles de nombreux participants, au rang desquels des chefs d’État, des chefs de gouvernement, des ministres des Affaires étrangères, ainsi que des représentants de plusieurs organisations internationales, de la société civile, des médias et des universitaires de la région méditerranéenne.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
Libye, Syrie, Russie, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook