International
URL courte
353065
S'abonner

Le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud a téléphoné vendredi au Président américain pour dénoncer comme «abominable» la fusillade mortelle perpétrée plus tôt dans la journée dans la base aéronavale de Pensacola par un militaire saoudien en formation, selon l'agence officielle SPA.

La fusillade, qui a fait ce vendredi matin trois morts et sept blessés dans la base aéronavale de Pensacola, a été fermement condamnée par le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud lors d’un entretien téléphonique avec Donald Trump.

Le roi «a affirmé que l'auteur de ce crime abominable ne représente pas le peuple saoudien», a indiqué la Saudi Press Agency (SPA).

Plus tôt dans la journée, le Président Trump a annoncé sur son compte Twitter que le roi Salmane lui avait téléphoné pour exprimer ses condoléances et condamner les «actions barbares» du tireur.

«Le roi a déclaré que le peuple saoudien était très irrité par les actions barbares du tireur et que cette personne ne représentait en aucune façon les sentiments du peuple saoudien qui aime le peuple américain», a indiqué le Président.

L'attaque en Floride

Le bilan provisoire de l'attaque est de trois morts et sept blessés, sans compter l'assaillant, éliminé par la police.

D’après les informations fournies par le gouverneur de Floride Ron DeSantis, il était en formation militaire aux États-Unis.

La base de Pensacola où a eu lieu la fusillade accueille environ 16.000 soldats et est utilisée par l'US Navy pour des programmes d'entraînement destinés aux militaires de pays alliés, rappelle l’AFP. Et de préciser que des centaines de militaires saoudiens suivent chaque année des formations au sein des forces armées américaines.

Lire aussi:

Alerte à la bombe: l’Arc de triomphe évacué - images
Le Président algérien Tebboune hospitalisé
Covid-19: des «super-contaminateurs» dans la nature? Un médecin appelle à changer la politique de test
Tags:
États-Unis, Donald Trump, Mohammed ben Salmane Al-Saoud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook